Publicité

Kite Optics

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Magazine > Analyses > Le Tichodrome échelette, un "amateur" du patrimoine culturel français

Analyses

Retour à la liste des articles de Analyses

Le Tichodrome échelette, un "amateur" du patrimoine culturel français

En ce début de novembre 2017, des tichodromes ont par exemple été vus sur le donjon de Niort (Deux-Sèvres), sur le château de Villandraut (Gironde) et dans le centre-ville de Saint-Nectaire (Puy-de-Dôme).

| Validé par le comité de lecture

Partager
Translate

Le Tichodrome échelette, un "amateur" du patrimoine culturel français

Tichodrome échelette (Tichodroma muraria) sur la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Nantes (Loire-Atlantique) le 16/01/2016.
Photographie : Abel Prampart

Le Tichodrome échelette (Tichodroma muraria) est un petit oiseau gris aux larges ailes d'un rouge vif. Il vit le long des parois rocheuses où il grimpe par sauts ou par saccades successives pour y chercher sa nourriture. C'est une espèce essentiellement montagnarde, que l'on trouve dans les hautes chaînes de l'Europe et de l'Asie occidentale. En automne et en hiver, on descend parfois en plaine, loin des montagnes : il recherche alors les vieux édifices dans les villes et les villages, dont il fouille les anfractuosités des murs pour y découvrir des insectes. Des oiseaux sont ainsi vus chaque hiver sur des églises, des cathédrales et d'autres monuments de France, semblant ainsi fortement apprécier le patrimoine culturel de l'hexagone... En ce début de novembre 2017, des tichodromes ont par exemple été vus sur le donjon de Niort (Deux-Sèvres), sur le château de Villandraut (Gironde) et dans le centre-ville de Saint-Nectaire (Puy-de-Dôme).
Dans cet article, nous vous indiquons une liste de monuments français où l'espèce a déjà été notée : n'hésitez-pas à nous indiquer d'autres sites, nous les ajouterons. Nous remercions les photographes qui nous ont aidés à illustrer cet article.

Abstract

The Wallcreeper (Tichodroma muraria) is a small (15.5–17 cm) passerine bird found throughout the high mountains of Eurasia. Its plumage is primarily blue-grey, with darker flight and tail feathers. Its most striking plumage feature, though, are its extraordinary crimson wings. Largely hidden when the wings are folded, this bright coloring covers most of the covert feathers, and the basal half of the primaries and secondaries. It breeds at elevations ranging between 1,000–3,000 metres. It is largely resident across its range, but is known to move to lower elevations in winter, when it is occasionally found on old buildings and in quarries. In France, some birds are thus sometimes seen in autumn and winter on churches, cathedrals, fortresses or other monuments: we propsoe you a list of places where the species has already beed recorded.

Le Tichodrome échelette (Tichodroma muraria)

Tichodrome échelette (Tichodroma muraria)

Tichodrome échelette (Tichodroma muraria), mont Valérien (Hauts-de-Seine), décembre 2009.
Photographie : Daniel Mauras

Longueur : 15,5 cm - 17 cm.

Description : oiseau gris avec un long bec noir arqué.
Les deux sexes ont de larges ailes noires et rouges, avec des tâches blanches sur les barbes internes des rémiges.
Le mâle en plumage nuptial a la gorge noire et davantage de rouge sur les ailes. La femelle et le mâle en plumage internuptial ont la gorge blanchâtre.

Biologie : au printemps, il vit à une grande altitude (de 1 000 à 3 000 mètres), recherchant les parois verticales des rochers contre lesquelles il se cramponne avec ses ongles recourbés et grimpe en imprimant à ses ailes des battements saccadés qui le font, de loin, ressembler à papillon. En automne et en hiver, il descend en altitude, parfois en plaine, où il affectionne les parois rocheuses (vieux bâtiments, carrières). Dès le mois de mars, ou au cours des premiers jours d'avril, il rejoint les rochers escarpés des montagnes, surtout ceux exposés à l'Est. La femelle pond dans une fente ou une crevasse, sur quelques brins de paille, d'herbe ou de mousse, mêlés à des poils et des plumes qu'elle ramasse avec le mâle. Suivant les régions, la femelle couve les œufs à la fin du mois d'avril, en mai ou seulement au début du mois de juin. Les couples qui nichent les premiers font souvent une seconde ponte en juillet.
La première nichée se compose de quatre ou cinq œufs, la seconde de trois ou quatre. Ces œufs sont blanc pur, avec quelques petites taches.

Aire de répartition : le Tichodrome échelette se reproduit dans les massifs montagneux, du nord de l'Espagne à l'Asie occidentale et centrale.

Aire de répartition du Tichodrome échelette (Tichodroma muraria)

Aire de répartition du Tichodrome échelette (Tichodroma muraria) en Europe: en violet, zones où l'espèce est sédentaire, en bleu claire, extension classique de l'aire d'hivernage.
Carte : Ornithomedia.com d'après L. Svensson et al
Tichodrome échelette (Tichodroma muraria)

Tichodrome échelette (Tichodroma muraria), église des Riceys (Aube), mars 2009.
Photographie : Fabrice Croset


Le Tichodrome échelette visite parfois les monuments en hiver

Tichodrome échelette (Tichodroma muraria)

Tichodrome échelette (Tichodroma muraria), Panthéon (Paris), février 2004.
Photographie : J.-W. Yplosz

Si le Tichodrome échelette niche en haute montagne, à plus de 1 000 mètres d'altitude, certains oiseaux peuvent être vus en hiver (entre octobre et mars) sur les cathédrales, les églises, les forts, les ponts, ... parfois à des centaines de kilomètres des massifs montagneux.
Il a ainsi déjà été observé par exemple sur la cathédrale de Chartres (Eure-et-Loir) en janvier 1997, sur le Panthéon à Paris durant l'hiver 2003-2004, sur la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers (Deux-Sèvres) de décembre 2008 à mars 2009, sur la cathédrale d'Angoulême (Charente) en mars 2009 ou sur l'église des Riceys dans l'Aube de janvier à mars 2009.
Il explore alors les murailles et murs, et reste souvent au niveau de leur partie inférieure. Il est beaucoup moins farouche qu'en haute montagne.  Il grimpe régulièrement, en déployant souvent ses ailes, puis se "laisse tomber", se replace le long de la paroi et recommence à monter. Il disparaît parfois brusquement pour aller explorer d'autres parties du monument, avec un vol papillonnant typique.
Il dort chaque nuit dans une cavité ou une fissure, souvent la même: ainsi, lorsqu'il a séjourné sur le Panthéon à Paris, il rejoignait chaque soir un emplacement précis, et des dizaines d'observateurs étaient alors positionnés avec des longues-vues et des jumelles pour assister au "Coucher du Roi". Un Tichodrome échelette a été découvert à la mi-décembre 2009 sur les remparts du fort du Mont Valérien, dans les Hauts-de-Seine, non loin de Paris: il explorait le long mur de l'enceinte (surtout la partie sud, où les observateurs ont une meilleure visibilité) et les alentours du mémorial (Croix de Lorraine). L'oiseau était souvent vu au pied des remparts. Il était encore présent le 30 décembre 2009 au moins.
Matthieu Bernard nous précise dans un message du 1er janvier 2010, grâce à son expérience de terrain dans le sud du Puy-de-Dôme, que localement, suivant les années, les tichodromes semblent avoir des sites préférentiels qu’ils fréquentent en hiver; parfois ces sites sont désertés après une utilisation régulière plusieurs années de suite (par disparition du ou des individus?).
Il a aussi noté une certaine mobilité de ces oiseaux: pour une recherche efficace, il ne faut pas hésiter à contrôler plusieurs sites potentiels proches. Matthieu Bernard a eu la surprise le 1er janvier 2010 de voir un tichodrome sur sa propre maison à Champeix (Puy-de-Dôme) ! Il nous rappelle enfin qu'il est possible, lors de la recherche du tichodrome, de "tomber" sur d’autres belles surprises comme les Accenteurs alpins (Prunella collaris) par exemple.

Une liste (non exhaustive) de monuments culturels français déjà visités en hiver par des tichodromes

Des sites où le Tichodrome échelette a déjà été vu en hiver

Emplacements de quelques monuments français où le Tichodrome échelette a déjà été vu en hiver : les numéros correspondent à ceux du texte.
Carte : Ornithomedia.com

NB : les dates sont précisées quand nous les avons trouvées. Les numéros sont ceux utilisés sur notre carte de France ci-contre.

  1. Morienval, Brassoir (Oise).
  2. Paris : Galerie de l'Évolution (Muséum d'Histoire Naturelle de Paris) en janvier 2004, Panthéon durant l'hiver 2003-2004, Notre-Dame de Paris dans les années 1960.
  3. Fort et mémorial du Mont Valérien (Hauts-de-Seine), décembre 2009.
  4. Cathédrale de Chartres (Eure-et-Loir), décembre 1997 et hiver 2015-2016 (au moins). En 1804, deux oiseaux sont restés tout l'été sur les murs de la cathédrale. Ils y sont revenus plusieurs années de suite. Des sculpteurs établis au bas de l’église ont vu un oiseau durant  l'été 1856, et il entrait souvent jusque dans leur atelier (source : Jacques Baillon, "Faune sauvage des temps jadis", éditions du Jeu de l'Oie, Châteauneuf sur Loire).
  5. Cathédrale du Mans (Sarthe), mars 2009.
  6. Nantes (Loire-Atlantique) : château des Ducs de Bretagne et cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul.
  7. Ancienne église de Vieillevigne (Loire-Atlantique), octobre 1890
  8. La Roche-sur-Yon (Vendée), en 1911 et en octobre 2007.
  9. Cathédrale de Bourges (Cher), décembre 2005 à février 2006, hiver 2016-2017.
  10. Village de l'Angles-sur-l'Anglin (Vienne). Années 1990
  11. Cathédrale et église de Sainte-Radegonde, Poitiers (Vienne), mars 2009 et janvier-février 2016.
  12. Château de Saint-Germain-de-Confolens (Charente), janvier 2009.
  13. cathédrale d'Angoulême (Charente), mars 2009.
  14. Église, musée de la préhistoire et falaises des Eyzies-sur-Tayac (Dordogne) : site régulier (lire Observer le Tichodrome échelette et l'Accenteur alpin aux Eyzies en hiver).
  15. Château de Beynac (Dordogne).
  16. Cathédrale de Cahors, église et tours de Saint-Céré, tours de Martel (Lot). Toujours dans le Lot, Claude Decarjac nous signale aussi sa présence dans les falaises de la vallée du Célé (communes de Cabrerets, Saint-Cirq Lapopie, Sauliac-sur-Célé et Saint-Sulpice). Gilles de Guchteneere en a observé un les 1er et 3 novembre 2011 sur la façade de l'église de Lherm (Lot).
  17. Tichodrome échelette (Tichodroma muraria)

    Tichodrome échelette (Tichodroma muraria), donjon du château de Loches (Indre-et-Loire), le 27/10/2011.
    Photographie : Jean-Marie Lagroye
    Église de Lissac-sur-Couze (Corrèze), novembre 2007.
  18. Village de Minerve (Hérault) : site régulier.
  19. Parc de loisirs de Vulcania (Puy-de-Dôme), février 2009
  20. Cathédrale de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) : site régulier.
  21. Ruines du château de Saint-Julien-de-Coppel (Puy-de-Dôme), février 2008.
  22. Village troglodytique des roches, Perrier (Puy-de-Dôme), février 2008.
  23. Lyon (Rhône) : gare Saint-Paul (plusieurs données dans les années 1990), la Part-Dieu (le 27/10/2015), la basilique de Fourvière (octobre 2015), églide de Saint-Genis-l'Argentière (octobre 2015) (source : LPO Rhône).
  24. Village de Saint-Ilpize (Haute-Loire), novembre 2005.
  25. Village des Baux-de-Provence et les Alpilles (Bouches-du-Rhône) : site régulier.
  26. Église de Saint-André d'Embrun (Hautes-Alpes), février 2009.
  27. Village de Tende (Alpes-Maritimes).
  28. Église de Corveissat (Ain), mars 2008.
  29. Ornans (Doubs), mars 2009.
  30. Quai du Veil Picard à Besançon (Doubs), mars 2009.
  31. Église des Riceys (Aube), de janvier à mars 2009.
  32. Église de Choignes (Haute-Marne), hiver 1995-1996
  33. Donjon du château de Loches (Indre-et-Loire) le 7 octobre 2011 (Jean-Marie Lagroye).
Tichodrome échelette (Tichodroma muraria)

Tichodrome échelette (Tichodroma muraria), mont Valérien (Hauts-de-Seine), décembre 2009.
Photographie : Daniel Mauras
Tichodrome échelette (Tichodroma muraria)

Tichodrome échelette (Tichodroma muraria), mont Valérien (Hauts-de-Seine), décembre 2009.
Photographie : Daniel Mauras


Autres monuments français où l'espèce a été notée 

Les monuments ci-dessous n'ont pas encore été placés sur notre carte :

  • château et église Saint-Germain-d'Auxerre à Dourdan (Essonne) en novembre 2011 : un en novembre 2011 (Nicole Dupin)
  • ponts et des quais du Doubs à Besançon (Doubs) : un le 13/11/2015 (Jean-François Azens)
  • cathédrale Sainte-Cécile d'Albi (Tarn) : un vu le 20/11/2010 (Frédéric Malher)
  • église Saint-Euverte d'Orléans (Loiret) : un en 1876 (source : Jacques Baillon, "Faune sauvage des temps jadis", éditions du Jeu de l'Oie, Châteauneuf-sur-Loire)
  • château de Châteaudun (Eure-et-Loire) : une femelle  fut prise vivante le 26/03/1894 dans l'une des salles (source : Jacques Baillon, "Faune sauvage des temps jadis", éditions du Jeu de l'Oie, Châteauneuf-sur-Loire)
  • donjon de Niort (Deux-Sèvres) : un vu en novembre 2017 (Nature79.org)
  • château de Villandraut (Gironde) : observé trois hivers de suite depuis celui de 2014-2015 (source : Nicolas Mokuenko)
  • pont Cessart à Saumur (Maine-et-Loire) : vu au cours des hivers 2015-2016 et 2016-2017 (voir une vidéo d'Aurore Taquet)
  • château de Clisson (Loire-Atlantique) : vu au cours de l'hiver 2015-2016
  • église Notre-Dame la Dalbade et basilique Saint-Sernin à Toulouse (Haute-Garonne) : vu en novembre 2017 (au moins)
  • bastille de Grenoble (Isère) : un vu en janvier 2017 (source : Grégory Berger)
  • basilique Saint-Sauveur de Dinan (Côtes-d'Armor) : vu durant l'hiver 2016-2017
  • cathédrale de Coutances (Manche) : un vu en février 2017, noté trois hivers de suite (source : Groupe Ornithologique Normand, actus 28)
  • cathédrale de Sées (Orne) : un vu en février 2017 (source : Groupe Ornithologique Normand, actus 28)
  • cathédrale de Bayeux (Calvados) : un vu en février 2017 et finalement retrouvé dans une plumée du Faucon pèlerin présent sur le site  (source : Groupe ornithologique Normand, actus 28)
  • église Saint-Géraud à Aurillac (Cantal) : un oiseau en février 2012
  • église Saint-Jean à Najac (Aveyron) : un oiseau était présent en décembre 2008 et article a même été publié dans la presse locale
  • église romane de Saint-Nectaire (Puy-de-Dôme): site régulier mais semblant moins fréquenté depuis deux ans
  • village troglodytique et falaise de La Roche-Blanche (Puy-de-Dôme): site régulier, plusieurs observations au cours de l'hiver 2009-2010
  • village troglodytique et falaise de Veyre-Monton (Puy-de-Dôme) : site régulier
  • grottes de Jonas, Saint-Pierre-Colamine (Puy-de-Dôme) : site régulier
  • ruines du château du Crest (Puy-de-Dôme) : c'est aussi un site de comptage des migrateurs à l’automne où l’espèce est par ailleurs parfois observée en migration active
  • château de Chouvigny (Allier) : site régulier
  • château de Murol (Puy-de-Dôme) : il faut aussi inspecter à proximité la falaise de la Dent du Marais
  • église Saint-Laurent et la cathédrale du Puy-en-Velay (Haute-Loire) : site régulier.

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Observer le Tichodrome échelette et l'Accenteur alpin aux Eyzies en hiver

Les observations sur Ornithomedia.com

Tichodrome échelette (Tichodroma muraria)

Dans la galerie d'Ornithomedia.com

Tichodrome échelette (Tichodroma muraria)

Ouvrages recommandés

Sources

Vos commentaires sur :
"Le Tichodrome échelette, un "amateur" du patrimoine culturel français"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Commentaires postés :

xav12

Bonjour,

Le Tichodrome est monté visiter nos églises bas-normandes dans les 3 départements :
Observations de Février 2017 (source : GONm, les actus n°28) :

Un sur la cathédrale de Coutances (Manche) (observé 3 fois en 3 ans là bas),
Un sur la cathédrale de Sées (Orne),
Un sur la cathédrale de Bayeux (Calvados)... retrouvé dans une plumée du faucon pèlerin présent sur le site. On n'est plus en sécurité nulle part ;-).

Cordialement,

Xavier

07/11/2017

Répondre

Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest