Publicité

Kite Optics

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Magazine > Analyses > Première observation d'un Goéland à ailes blanches sur le littoral méditerranéen français

Analyses

Retour à la liste des articles de Analyses

Première observation d'un Goéland à ailes blanches sur le littoral méditerranéen français

Daniel Boccabella a découvert un jeune oiseau le 21 février 2017 sur l'étang de Berre (Bouches-du-Rhône).

| Validé par le comité de lecture

Partager
Translate

Première observation d'un Goéland à ailes blanches sur le littoral méditerranéen français

Goéland à ailes blanches (Larus glaucoides), de premier ou de deuxième hiver, Le Bastidou, étang de Berre (Bouches-du-Rhône), le 21/02/2017.
Photographie : Daniel Boccabella / Groupe Facebook Le Héron d'Avignon

On ne sait jamais ce que peut réserver une sortie ornithologique : le 21 février 2017, alors qu'il observait et photographiait les laridés sur les bords de l'étang de Berre, une vaste lagune côtière communiquant avec la mer Méditerranée située dans les Bouches-du-Rhône, à la recherche d'un Goéland pontique (Larus cachinnans) signalé quelques semaines auparavant, Daniel Boccabella (Groupe Facebook Le Héron d'Avignon) a repéré un petit goéland très pâle aux longues ailes et au bec fin rose et noirâtre. Après avoir envoyé ses clichés à plusieurs observateurs pour avoir leurs avis, il a pu obtenir la confirmation de son identification : il s'agissait d'un Goéland à ailes blanches (Larus glaucoides), de premier ou de deuxième hiver, a priori une première donnée pour la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur et plus largement pour le littoral méditerranéen français. Cette espèce arctique est rare en France, où elle peut être observée entre décembre et mars, essentiellement sur le littoral atlantique et surtout après les tempêtes.
Après une présentation de cette espèce, nous vous donnons des détails sur cette observation remarquable et nous vous proposons quelques éléments d'analyse.

Abstract

You never know which surprises can reveals a birding walk: the 21th of February 2017, 2017, while watching and photographing gulls from the shores of the étang de Berre, a vast coastal lagoon communicating with the Mediterranean Sea located in the Bouches-du-Rhône French department, Daniel Boccabella found a small pale gull with long wings and a pinkish and blackish bill. After sending his photographs to several birdes for their opinions, he got the expected confirmation: it was an Iceland Gull (Larus glaucoides), a first or a second winter bird, a first data for the Provence-Alpes-Côtes d'Azur region and more widely for the Mediterranean French coastline. This arctic species is rare in France, where it can be found between December and March, mainly on the Atlantic coast and especially after storms.
After a presentation of this species, we give you some details about this remarkable data and we propose some elements of analysis.

Le Goéland à ailes blanches (Larus glaucoides)

Goéland à ailes blanches (Larus glaucoides) de 2ème hiver

Goéland à ailes blanches (Larus glaucoides) de 1er ou 2ème hiver, étang de Torcy, Le Creusot (Saône-et-Loire), le 17/02/2017. Cet oiseau, dont la palmure de la patte droite est incomplète, a été découvert le 5 février : une observation remarquable si loin à l'intérieur des terres.
Photographie : Daniel Magnin

Longueur : 52 - 60 cm.

Envergure : 123 - 129 cm.

Description : goéland de taille moyenne ressemblant au Goéland bourgmestre (Larus hyperboreus). Un peu plus petit que le Goéland argenté (Larus argentatus), plus fin, tête plus ronde, aile proportionnellement plus longue (longue projection primaire) et bec nettement plus court. Chez l'adulte, le bec jaune présente une petite tache circulaire rouge sur la mandibule inférieure. Le manteau du plumage adulte, atteint au cours de la quatrième année après plusieurs mues, est gris pâle. L'extrémité des ailes est blanchâtre, parfois finement marquée de gris. Les pattes sont rose chair.
L'oiseau de première année est blanchâtre finement barré de brun-beige, mais il existe des oiseaux presque blancs. Le bec est majoritairement (plus de la moitié) noirâtre, sa base étant de couleur chair grise. L'iris est sombre (lire Identifier le Goéland à ailes blanches de premier hiver).
Les oiseaux de deuxième et de troisième année sont très pâles, presque blancs. L'iris est pâle. Leur bec est nettement bicolore, chair et noir.

Voix : comme celle du Goéland argenté, mais un peu plus aigüe. Plutôt silencieux en hiver.

Biologie : il niche en colonies, au sol, souvent au sommet des falaises côtières ou au sol,  sur des plages sablonneuses. Omnivore, parfois charognard.

Habitat : falaises rocheuses de l'Arctique durant la période de nidification. Hiverne dans les estuaires, sur les côtes, les réservoirs et les décharges.

Répartition : il niche au Canada et au Groenland. La sous-espèce Larus glaucoides kumlieni, parfois considérée comme une espèce à part entière, le Goéland de Kumlien (Larus kumlieni), niche dans le nord-est du Canada et se reconnaît notamment par ses marques grises sur ses rémiges primaires. Elle hiverne entre le Labrador, la région des Grands Lacs et  la Virginie.
La sous-espèce nominale (L. g. glaucoides) niche au Groenland et hiverne en Islande, dans les îles Féroé, en Irlande et dans îles Britanniques, de petits effectifs atteignant la Scandinavie et les littoraux atlantiques français et ibérique, surtout après les tempêtes de janvier et de février. Lors de l'hiver 2011-2012, un afflux a été constaté dans le nord-ouest de l'Europe (lire Énorme afflux de Goélands à ailes blanches dans les îles Féroé).

L'observation du 21 février 2017

Aire de répartition du Goéland à ailes blanches et situation de l'étang de Berre (Bouches-du-Rhône)

Aire de répartition du Goéland à ailes blanches (en rouge, présence en été seulement, en vert toute l'année et en bleu, en hiver) et situation de l'étang de Berre (Bouches-du-Rhône). En février 2017, plusieurs dépressions (D) accompagnées de forts vents ont balayé le sud-ouest de la France.
Carte : Ornithomedia.com d'après Burger et Gochfeld

Le 21 février 2017, Daniel Boccabella observait les goélands dans le secteur du Bastidou (voir le site d'observation sur Google Maps), sur les bords de l'étang de Berre (Bouches-du-Rhône), à la recherche entre autres d'un Goéland pontique (Larus cachinnans) (lire Identification du Goéland pontique) signalé au même endroit quelques semaines plus tôt. Le temps était beau (ciel bleu, température de 18 °C). À 12h35, il a repéré à une quarantaine de mètres du rivage, un petit goéland très pâle posé sur l'eau, semblant un peu endormi. Ses ailes étaient longues, sa tête petite et arrondie, son bec était fin, bicolore (noir et chair). Daniel Boccabella a pris des photos qui ont été soumises à plusieurs observateurs qui ont confirmé l'identification : un Goéland à ailes blanches, de premier ou de deuxième hiver. De nombreux Goélands leucophées (Larus michahellis), des Goélands bruns (Larus fuscus), une dizaine de Goélands cendrés (Larus canus) et deux Goélands pontiques étaient aussi présents, permettant de comparer sa taille et sa silhouette. Le Goéland à ailes blanches était encore présent le 23/02 (source : Mathieu Vialars). 

Une probable première donnée pour le littoral méditerranéen français

Le Goéland à ailes blanches est une espèce peu fréquente en France, où elle est observée essentiellement entre décembre et mars, avec un "pic" en février. En effet, les oiseaux du Groenland atteignent rarement et irrégulièrement le sud et l'est des îles britanniques. Dans l'hexagone, les données concernent très majoritairement des oiseaux de premier et de deuxième hiver et sont concentrées sur le littoral de la Manche et surtout de l'Atlantique, du Finistère jusqu'au Pays Basque au sud (voir une synthèse de données dans notre rubrique Observations), le port de Douarnenez dans le Finistère étant l'un des meilleurs sites de France pour chercher cette espèce (lire La baie de Douarnenez (Finistère), la baie des canards marins).
Les données à l'intérieur des terres sont très rares. Moins d'une dizaine d'oiseaux sont habituellement notés chaque hiver dans notre pays, mais l'on assiste parfois à des afflux, comme ce fut le cas lors de l'hiver 2011-2012 (lire Énorme afflux de Goélands à ailes blanches dans les îles Féroé) : 42 oiseaux, dont quatre de la sous-espèce L. g. kumlieni, avaient alors été comptés en France rien qu'en janvier 2012. Des centaines d'oiseaux (au moins 1 000 individus) avaient été observés en Grande-Bretagne, principalement dans les Orcades et dans les Shetland (lire Afflux sans précédent de Goélands à ailes blanches dans les Shetland), plus de 100 en Suède (dont un groupe de 85), 15 en Espagne (février 2012)... Des conditions particulières (fortes tempêtes, vague de froid, manque de nourriture) expliquent ces "invasions" : des effectifs importants ont par exemple été notés à partir de la mi-décembre 2013 dans l'ouest de la France, en Espagne et au Portugal après de le passage de fortes tempêtes (Dutch Birding, 2014).

Goéland à ailes blanches (<em>Larus glaucoides</em>) de 2ème hiver

Goélands à ailes blanches (Larus glaucoides) de 1er ou de 2ème hiver et leucophée (Larus michahellis) de 1er hiver, Le Bastidou, étang de Berre (Bouches-du-Rhône), le 21/02/2017 (cliquez sur la photo pour l'agrandir)
Photographie : Daniel Boccabella

Si le 21 février est une date classique pour l'espèce en France, la découverte d'un oiseau sur l'étang de Berre est remarquable sur plusieurs points : il s'agit a priori de la première donnée de l'espèce pour la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur et plus largement pour le sud-est de la France et le littoral méditerranéen.
Cette donnée est vraiment très méridionale, les Goélands à ailes blanches notés sur le littoral des Pyrénées-Atlantiques (secteur de Biarritz) étant habituellement les plus méridionaux de France. Mais il faut rappeler que l'espèce a déjà été observée à plusieurs reprises au sud de la France : en Espagne (21 données confirmées jusqu'en 2003 dont quatre dans les îles Canaries), à Gibraltar (une le 14 janvier 1987), au Portugal (26 données confirmées jusqu'en 2010) et au Maroc (7 données). Toutefois, ces observations ont toutes été faites le long du littoral atlantique, et les observations faites en Méditerranée sont exceptionnelles : une dans l'enclave espagnole de Ceuta au Maroc et une en Italie.
La donnée de l'étang de Berre est enfin très éloignée du littoral atlantique. Les observations à l'intérieur des terres sont exceptionnelles, mais quelques oiseaux ont été signalés en janvier-février 2017 loin des côtes : un le 2 février sur le lac de Saint-Cyr (Vienne), un du 5 au 19 février au moins sur le lac de Torcy (ou étang du Breuil) près du Creusot (Saône-et-Loire) (voir des photos de cet oiseau dans notre galerie) (pour Christian Gentilin et d'autres observateurs, il pourrait d'ailleurs s'agir du même oiseau que celui de l'étang de Berre)  et un le 28/01 dans le centre sportif de l'île de Vaires-sur-Marne (Seine-et-Marne) (lire Itinéraire ornithologique le long de la Marne).
Plusieurs dépressions, dont "Kurt", "Leiv" et "Marcel", accompagnées de fortes rafales de vent (de plus de 100 km/h) ont balayé le sud-ouest de la France (régions Aquitaine, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon) depuis le début du mois de février 2017, provoquant des dégâts importants : il est possible qu'elles aient favorisé l'arrivée de l'oiseau sur l'étang de Berre.
Cette découverte inattendue montre en tout cas qu'une observation attentive des groupes de goélands peut être récompensée, et il est probable que le nombre de Goélands à ailes blanches présents en France en hiver soit supérieur aux données signalées et reportées.

L'observation des oiseaux en hiver sur l'étang de Berre et dans les environs

Site d'observation du Goéland à ailes blanches (Larus glaucoides)

Site d'observation du Goéland à ailes blanches (Larus glaucoides), Le Bastidou, étang de Berre (Bouches-du-Rhône), le 21/02/2017 (cliquez sur la photo pour l'agrandir)
Photographie : Daniel Boccabella

L'étang de Berre et le golfe de Fos qui le borde au sud sont très intéressants en hiver : outre les goélands, on peut en effet y observer des plongeons, des canards marins et des grèbes. Daniel Boccabella nous signale ainsi que dans le secteur du Goéland à ailes blanches, il a observé le 21 février trois Plongeons arctiques (Gavia arctica) (lire Identifier les quatre plongeons "européens" en hiver), trois Grèbes esclavons (Podiceps auritus), des Macreuses brunes (Melanitta fusca) (lire Identifier les macreuses dans des conditions difficiles) et des Eiders à duvet (Somateria mollissima) (lire Observer les oiseaux en hiver le long du golfe de Fos).
Les salins qui bordent l'étang de Berre accueillent des limicoles et de nombreux Flamants roses (Phoenicopterus roseus), et les étangs d'eau douce bordés de grandes roselières (étangs de Lavaduc, du Pourra, d'Engrenier et de Citis) situés entre Martigues, Fos-sur-mer et Istres, sont également attractifs durant la mauvaise saison : parmi les nombreuses espèces visibles, citons le Grèbe à cou noir (Podiceps nigricollis), la Nette rousse (Netta rufina), le Busard des roseaux (Circus aeruginosus), la Mouette mélanocephale (Ichthyaetus melanocephalus), la Lusciniole à moustaches (Acrocephalus melanopogon) et la Talève sultane (Porphyrio porphyrio). 
Des détours dans la plaine de la Crau voisine (téléchargez notre carte des bons sites d'observation dans le cœur de la Crau), à la recherche notamment des Pipits de Richard (Anthus richardi) hivernants (lire Le Pipit de Richard, un grand pipit à découvrir), dans les marais du Vigueirat (lire Observer les oiseaux dans la réserve naturelle des marais du Vigueirat) et en Camargue (lire Où observer les oiseaux en Camargue ?) augmenteront votre liste d'espèces.

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Les observations sur Ornithomedia.com

Goéland à ailes blanches (Larus glaucoides)

Dans la galerie d'Ornithomedia.com

Goéland à ailes blanches (Larus glaucoides)

À lire sur le web

Ouvrages recommandés

Sources

  • La Nouvelle République (2017). Le premier goéland à ailes blanches observé en Vienne. Date : 03/02. www.lanouvellerepublique.fr
  • Météo Paris (2017). Bilan des tempêtes Kurt, Leiv et Marcel début février. www.meteo-paris.com
  • Cee de Vries, Patrick Berier (2014). First record of Iceland Gull (Larus glaucoides) in the Moroccan Atlantic Sahara. Go South Bulletin. Date : 23/04. www.researchgate.net
  • Beran V. (2012). První pozorování racka polárního (Larus glaucoides) v České republice. Sylvia. Volume : 48. Pages : 162–166. www.cso.cz/wpimages/video/sylvia48_13Beran.pdf

Vos commentaires sur :
"Première observation d'un Goéland à ailes blanches sur le littoral méditerranéen français"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Commentaires postés :

The Christ

Ne pouvez vous pas envisager que ce Goéland est celui observé encore deux jours auparavant sur le lac de Torcy près du CREUSOT. En effet la dernière observation sur ce site remonte au dimanche 19 février (et non le 22/02 comme énoncé dans votre article plus haut) soit juste avant l'obs sur le littoral méditerranéen et sans qu'aucune autre obs n'est été faite ailleurs à l'intérieur des terres. "Notre" GAAB du CREUSOT ayant totalement disparu, il me semble être la meilleure explication à la présence de cet oiseau en ce lieu.

21/03/2017

Répondre

Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest