Publicité

Kite Optics

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Magazine > Analyses > Comment expliquer le succès de l'installation des Psittacidés en Europe ?

Analyses

Retour à la liste des articles de Analyses

Comment expliquer le succès de l'installation des Psittacidés en Europe ?

Un de nos visiteurs a observé en décembre 2017 des Perroquets youyous et des Perruches à collier visitant son jardin à Longjumeau dans l'Essonne.

| Validé par le comité de lecture

Partager
Translate

Comment expliquer le succès de l'installation des Psittacidés en Europe ?

Perruche à collier (Psittacula krameri) et Perroquet youyou (Poicephalus senegalus) se nourrissant dans un jardin à Longjumeau (Essonne) le 30/12/2017.
Photographie : Jerome Dekker

Des Perruches à collier (Psittacula krameri) survolant Londres, Amsterdam, Madrid ou la banlieue parisienne et fréquentant les mangeoires des jardins en hiver, des Conures veuves (Myiopsitta monachus) construisant leurs énormes nids collectifs près de l'aéroport de Barcelone, des Inséparables de Fisher (Agapornis fischeri) et masqués (A. personatus) nichant dans les palmiers de l'agglomération niçoise, des Amazones à tête jaune (Amazona oratrix) nichant dans des platanes à Stuttgart (Allemagne)... Ces populations férales (= composées d'oiseaux captifs retournés à l'état sauvage) de Psittacidés font désormais partie de l'environnement quotidien des habitants de certaines villes européennes, qui prennent ainsi un petit air exotique. On peut même parfois découvrir d'amusants regroupements : des ornithologues ont par exemple observé en 2016 à Barcelone un dortoir mixte de Psittacidés installé dans un groupe de Palmiers dattiers rassemblant 66 Perruches à collier, trois hybrides de Perruches à collier x Perruches alexandre (Psittacula eupatria), un Perroquet youyou (Poicephalus senegalus) et un Pione de Maximilien (Pionus maximiliani) ! Le 30 décembre 2017, Jerome Dekker a observé et photographié un couple de Perroquets youyous visitant avec des Perruches à collier les mangeoires de son jardin à Longjumeau (Essonne).
Dans cet article, nous recensons plusieurs exemples de Psittacidés nichant en Europe, nous évoquons le cas du Perroquet youyou dans le département de l'Essonne, et nous énumérons les raisons possibles du succès de l'installation de certains perroquets et perruches sur notre continent.

Abstract

Ring-necked Parakeets (Psittacula krameri) flying over London, Amsterdam, Madrid or the Parisian suburbs and frequenting the garden feeders in winter, Monk Parakeets (Myiopsitta monachus) building their huge collective nests near the Barcelona Airport, Fischer's (Agapornis fischeri) and masked (A. personatus) Lovebirds breeding in palm trees near Nice (France), Yellow-headed Amazons (Amazona oratrix) breeding in the trees of Stuttgart (Germany)...
These feral population (composed of captive birds returned to the wild) of parrots are now part of the daily environment of inhabitants of some European cities. One can even sometimes watch amusing groups: in 2016, a mixed roost in a group of date palms in Barcelona gathered 66 Ring-necked Parakeets, three hybrids Ring-necked Parakeets  x Alexandrine Parakeets (Psittacula eupatria), a Senegal Parrot (Poicephalus senegalus) and a Scaly-headed Perrot (Pionus maximiliani)!
The 30th of December 2017, Jerome Dekker watched and photographed a pair of Senegal Parrots and Ring-necked Parakeets visiting the feeders of his garden in Longjumeau (Essonne).
In this article, we list several examples of Psittacidae breeding in Europe, we speak about the particular case of the Senegal Parrot in the French department of Essonne and we list the possible reasons for the success of the installation of some parrots and parakeets on our continent.

Des Psittacidés nichant en Europe

Conures veuves (Myiopsitta monachus)

Conures veuves (Myiopsitta monachus), Bruxelles (Belgique), le 14/10/2014.
Photographie : Mahaut Held

Outre la Perruche à collier (plus de 85 000 oiseaux), d'autres espèces de perroquets nichent désormais à l'état sauvage en Europe : c'est notamment le cas de la Conure veuve (Myiopsitta monachus) : près de 18 000 oiseaux seraient présents en Espagne, dont de 2 000 à 3 000 à Barcelone. Cette perruche sud-américaine niche en colonies dans de grands nids collectifs faits de branchages. La population barcelonaise compterait de 2 000 à 3 000 oiseaux, et plusieurs nids sont par exemple visibles dans les palmiers du delta du Llobregat (lire Le delta du Llobregat, l'ornithologie aux portes de Barcelone) : des bandes se nourrissent régulièrement dans les cultures voisines. Cette espèce se reproduit aussi en Belgique (Bruxelles), et dans d'autres pays européens.
La Perruche alexandre (Psittacula eupatria), originaire d’Asie centrale et du Sud, est également nicheuse en Europe, principalement en Allemagne (plus de 200 oiseaux), aux Pays-Bas (quelques centaines d'oiseaux : un vol de 207 individus a été observé à Amsterdam en août 2014), en Belgique (quelques centaines d'oiseaux probablement, par exemple dans la région de Bruxelles) et en Grèce. Cette perruche ressemble beaucoup à la Perruche à collier, et elle partage volontiers les mêmes dortoirs : sa population est donc difficile à estimer.
L'Amazone à tête jaune (Amazona oratrix), originaire d'Amérique centrale, se reproduit dans la ville de Stuttgart (Allemagne) : il y aurait actuellement plus d'une cinquantaine d'oiseaux, dont une dizaine de couples. Ils seraient issus de deux oiseaux provenant du zoo de la ville.
Le Perroquet youyou (Poicephalus senegalus), une espèce africaine, niche en Espagne, au Portugal et peut-être en France, mais ses effectifs sont encore réduits.
D'autres espèces nichent en petit nombre ou localement en Europe, comme les Inséparables de Fisher (Agapornis fischeri) (100 à 300 individus) et masqué (Agapornis personata) à Saint-Jean-Cap-Ferrat (Alpes-Maritimes). Leur nombre est stable, mais des oiseaux isolés ont été signalés dans les départements voisins.
La Conure à tête bleue (Thectocercus acuticaudatus) ncihe à Londres (Royaume-Uni) et à Barcelone, et les Conures mitrée (Psittacara mitratus), à tête rouge (P. erythrogenys) et nanday (Aratinga nenday) se reproduisent à Barcelone. La petite population férale d'Aras rouges (Ara macao) des Pays-Bas a disparu dans les années 2000 à cause du braconnage.
Ailleurs dans le monde, des populations férales de perroquets sont établies dans plusieurs zones urbaines : la diversité des espèces se reproduisant dans l'agglomération de Miami est célèbre et remarquable (lire Observer les oiseaux dans le sud de la Floride : première partie). La ville de Caracas (Venezuela) accueille une population croissante d'Aras bleus (Ara ararauna) d'origine captive (voir des photos).

Le cas du Perroquet youyou

Perroquets youyous (Poicephalus senegalus)

Perroquets youyous (Poicephalus senegalus), jardin à Longjumeau (Essonne), le 30/12/2017.
Photographie : Jerome Dekker

Le Perroquet youyou ou Youyou du Sénégal mesure de 20 à 26 cm de long. Il niche du Sénégal au Tchad, dans les savanes et les forêts ouvertes, et il se nourrit principalement de graines, de baies et de fruits. Sa tête est grise, son corps est vert et la couleur de son ventre varie selon la sous-espèce : jaune pour P. s. senegalus, orange pour P. s. mesotypus et rouge pour P. s. versteri.
La sous-espèce la plus répandue en captivité est celle à ventre jaune, originaire du sud de la Mauritanie à la Guinée. Une petite population nicheuse férale est installée depuis une vingtaine d'années à Barcelone : le nombre de couples précis n'est pas bien connu, mais des bandes bruyantes, pouvant atteindre 20 oiseaux et composées surtout de jeunes, peuvent être observées. Ces oiseaux nichent dans les palmiers et les platanes et sont fréquemment observés dans les parcs de la ville.
Des oiseaux isolés ou de petits groupes sont notés ailleurs en Espagne, par exemple dans les îles Canaries et dans la province d'Alicante, en particulier à El Rebolledo.
Ailleurs en Europe, le Perroquet youyou nicherait en petit nombre dans quelques villes du Portugal. Des oiseaux sont vus régulièrement à Bruxelles (Belgique), mais ils ne semblent pas (encore) y nicher.
En France, cette espèce est notée assez régulièrement mais en petit nombre en Île-de-France depuis le début des années 2000 : elle se serait reproduite (avec succès ?) dans la Forêt Régionale de Ferrières-en-Brie (Seine-et-Marne) en 2004, ainsi que dans la plaine de Balizy à Longjumeau (Essonne) en 2007 (un couple avec des jeunes vus). Les observations franciliennes concernent généralement des couples ou des oiseaux isolés. Jerome Dekker nous a d'ailleurs transmis d'intéressantes photos prises le 30/12/2017 à Longjumeau montrant un couple de Perroquets youyous et des Perruches à collier fréquentant les mangeoires de son jardin. Il ne semble pas y avoir encore d'implantation pérenne de cette espèce en France, contrairement à ce que l'on constate à Barcelone, mais il est intéressant de constater que l'espèce arriverait à surmonter les hivers franciliens.

Comment expliquer le succès des perroquets en Europe ?

Perroquet youyou et Perruches à collier

Perroquet youyou (Poicephalus senegalus) et Perruches à collier (Psittacula krameri), jardin à Longjumeau (Essonne), le 30/12/2017.
Photographie : Jerome Dekker

Comment des oiseaux exotiques, souvent échappés de captivité et appartenant parfois à des espèces rares ou en déclin dans leur milieu d'origine, parviennent-ils à survivre et même à prosperer en Europe ?  Les raisons possibles sont multiples :

  • grâce à la beauté de leur plumage et à leur comportement amusant, ils sont volontiers nourris par les habitants, ce qui les aide à surmonter la période hivernale et/ou le manque de nourriture naturelle.  
  • Les Psittacidés vivant en milieu urbain sont intelligents et sociables. En outre, étant d'origine captive, ils connaissent les humains et savent profiter de leur mode de vie.
  • Leur régime végétal est généraliste (bourgeons, graines, fruits, fleurs...), et grâce à leur bec puissant, ils peuvent s'attaquer à des aliments peu ou pas mangés par les espèces indigènes (lire La Perruche à collier : l'un des rares oiseaux à manger les fruits des Marronniers d'Inde).
  • Certaines espèces, comme les Perruches à collier et alexandre, proviennent, en tout cas pour les populations asiatiques, de régions où il peut faire froid en hiver, ce qui explique leur résistance. Des analyses génétiques ont montré que les Perruches à collier établies en Europe étaient issues d'un mélange d'oiseaux asiatiques et africains. Toutefois, plusieurs études ont montré que le succès d'établissement des psittacidés était plus important dans les régions au climat doux, l'exemple de Barcelone étant significatif. Le réchauffement climatique, en réduisant le nombre de jours de gel, devrait conforter et favoriser la présence des perroquets sur notre continent.
  • Les Psittacidés peuvent faire preuve d'une grande capacité d'adaptation. Une étude a même montré que les Perruches à collier européennes avaient déjà commencé à diverger morphologiquement pour mieux s'adapter à leurs nouvelles conditions de vie.
  • Perruche à collier (Psittacula krameri)

    Perruche à collier (Psittacula krameri), Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne), le 29/12/2017.
    Photographie : Jean-Pierre Levot
    Comme c'est le cas pour d'autres espèces d'oiseaux vivant en zone urbaine, ils profitent d'une faible prédation et de l'absence de la chasse et du braconnage. D'autre part, ce sont des oiseaux d'une taille assez grande, au bec puissant et vivant en groupe, capables d'éloigner des rapaces ou des pilleurs de nids comme les rats (lire Des Perruches à collier attaquant des rats en Espagne).
  • La présence en Europe des Perruches à collier peut favoriser l'installation d'autres Psittacidés : c'est ce que l'on constate avec la Perruche alexandre, qui rejoint volontiers les groupes de sa "cousine" pour chercher de la nourriture ou dormir en dehors de la période de nidification.
  • Les perruches et les perroquets sont adaptés de façon innée à la recherche et à l'appropriation des sites de nidification (généralement des cavités, sauf pour quelques espèces comme la Conure veuve) car ils proviennent de zones boisées riches en oiseaux cavicoles (pics, calaos...) avec lesquels ils sont naturellement en compétition.

Faut-il les éliminer ?

On considère volontiers que les espèces invasives et exotiques constituent un danger majeur pour la biodiversité, en occupant par exemple les sites de nidification des espèces indigènes, en occupant leur territoire, en les privant de nourriture, et/ou même parfois en les tuant ou en pillant leurs nids. C'est cette approche qui a conduit à la décision d'éradiquer l'Ibis sacré dans l'ouest de la France (lire La campagne d’extermination des Ibis sacrés français est probablement injustifiée). Si cela a été démontré pour certains végétaux, mammifères, reptiles, amphibiens ou mollusques, en particulier sur des îles, aucune étude n'a pour le moment démontré de façon claire que la Perruche à collier et la Conure veuve, les deux Pstittacidés les plus abondants en Europe,constituaient une vraie menace pour les oiseaux locaux. Par contre, elles peuvent localement poser un problème pour les cultures. En outre, étant donné le nombre de Perruches à collier déjà présentes en Europe, il serait très coûteux et compliqué de les éliminer.
Certains Pstittacidés, menacés dans leur milieu naturel, semblent florissants en milieu urbain : c'est ce que l'on constate par exemple pour l'Amazone à tête jaune à Stuttgart. Des populations férales urbaines pourraient ainsi sauver dans le futur des espèces devenues rares dans leur environnement d'origine grâce à des programmes de réintroduction.

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Dans la galerie photos d'Ornithomedia.com

À lire sur le web

Le site web City Parrots : http://cityparrots.org

Sources

  • Daniel Sol, Cesar González-Lagos, Oriol Lapiedra et Mario Díaz (2017). Why Are Exotic Birds So Successful in Urbanized Environments? Ecology and Conservation of Birds in Urban Environments. Pages : 75-89. https://link.springer.com/chapter/10.1007/978-3-319-43314-1_5
  • Leonardo Ancillotto, Diederik Strubbe, Mattia Menchetti et Emiliano Mori (2016). An overlooked invader? Ecological niche, invasion success and range dynamics of the Alexandrine parakeet in the invaded range. Biological Invasions. Volume 18,. Numéro : 2,. Pages : 583–595. https://link.springer.com/article/10.1007/s10530-015-1032-y
  • Ariane Le Gros, Sarah Samadi, Dario Zuccon, Raphaël Cornette, Michael P. Braun, Juan Carlos Senar et Philippe Clergeau (2016). Rapid morphological changes, admixture and invasive success in populations of Ring-necked parakeets (Psittacula krameri) established in Europe. Biological Invasions. Volume 18. Numéro : 6. Pages : 1581–1598. https://link.springer.com/article/10.1007/s10530-016-1103-8
  • Thomas Wolf et Gilles Touratier (2010). Recensement et étude des espèces dites « invasives » et « envahissantes » en Essonne. NaturEssone. Mars. www.naturessonne.fr/telechargements/etudes-especes-invasives-2010.pdf
  • Anne Weiserbs, Michel Janssens et Jean-Paul Jacob (2000). Une troisième perruche nicheuse en Région bruxelloise : la Perruche alexandre Psittacula eupatria. Aves. Volume : 37. Numéros : 3-4. Pages : 115-120. www.researchgate.net

Vos commentaires sur :
"Comment expliquer le succès de l'installation des Psittacidés en Europe ?"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest