Publicité

Kite Optics

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Magazine > Analyses > Une autre approche pour la base de loisirs de la Corniche des Forts

Analyses

Retour à la liste des articles de Analyses

Une autre approche pour la base de loisirs de la Corniche des Forts

Pour essayer d'éviter un désastre...

| Validé par le comité de lecture

Partager
Translate

Une autre approche pour la base de loisirs de la Corniche des Forts

Vue sur les bâtiments alentours depuis le bois des anciennes carrières de Romainville (93).
Photographie : Ornithomedia.com

Il existe tout près de Paris, à Romainville (Seine-Saint-Denis), un espace unique de plus de 40 hectares : il s’agit d'anciennes carrières de gypse que la Nature a lentement (en cinquante ans) reconquises. Une forêt s’y est développée, principalement constituée d’érables, de frênes et de robiniers.
Interdit au public du fait de l'existence de zones au sous-sol instable, le lieu est devenu un endroit unique en Seine-Saint-Denis, naturel et "sauvage". Or il est prévu de l'inclure dans la future base de loisirs de la Corniche des forts, qui s'étendra sur 64 hectares sur les communes Pantin, de Romainville, des Lilas et de Noisy-le-Sec.
Une proposition du cabinet d’architectes Ilex Paysages avait été retenue en 2000 : la version initiale prévoyait la destruction de tous les arbres, la création de vastes pelouses, l'érection d’une butte artificielle surmontée d’un belvédère et la construction d’une galerie commerciale à demi-enterrée. Si cette approche pharaonique a semble-t-il été au moins en partie reconsidérée, on ne sait toujours pas quels sont les aménagements prévus.
Dans la perspective de la tenue d'une réunion importante des décideurs en juin 2011, nous avons rédigé ce rapport proposant une approche plus raisonnable et plus respectueuse de l'environnement existant, que nous transmettrons à certains élus.

Abstract

The Regional Council of the Ile-de-France Region decided in 1993 to create a new recreation area near Paris, in the districts of Pantin, Romainville, Les Lilas and Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis) called the Parc de la Corniche des Forts. It will cover 64 hectares of rugged terrain (on a hill from the plains of France), and include urban parks and on old gypsum mine that have been since colonized by vegetation and is now wooded. The foreseen outdoor activities are numerous: pony club, riding school, archery, wall climbing, toboggan ....
But due to land, technical (a lot of underground cavities still exist and budgetary issues, decisions were delayed. However, a project proposed by the Ilex landscapes compagny was selected: the initial version presented on its website is real disaster for the Environment, including a total remodeling of the area with the creation of an artificial hill with a gazebo on its top, areas of parking and a shopping area.
Before an important meeting in June 2011, we propose another approach for the future of this area more concrete, realistic and respecting its natural richness. We will transmit it to some politics.

Contexte et situation actuelle

Situation de la future base de loisirs de la Corniche des Forts (Seine-Saint-Denis)

Situation de la future base de loisirs de la Corniche des Forts (Seine-Saint-Denis).
Carte : Ornithomedia.com

Le projet de base de loisirs

Le conseil régional d’Ile-de-France a décidé en 1993 de créer sur les communes de Pantin, de Romainville, des Lilas et de Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis) la douzième base de plein air et de loisirs (BPAL) de région, le parc de la Corniche des Forts.
Elle s’étendra sur 64 hectares de terrain accidenté (sur un coteau de la plaine de France), notamment sur d’anciennes exploitations de gypse (que l'on extrayait pour la fabrication du plâtre) abandonnées depuis cinquante ans et colonisées par la végétation.
Les activités imaginées et évoquées sont nombreuses : ferme pédagogique, école équestre, tir à l’arc, kiosque à musique, musée du plâtre, mur d’escalade, parc de roller, piste de luge….
Mais pour des questions foncières, techniques (nombreuses cavités souterraines), d’appels d’offres et budgétaires, les décisions ont été retardées. Toutefois un projet proposé par le cabinet Ilex paysages (www.ilex-paysages.com) avait été retenu en 2000 (voir figure 1) : il prévoyait notamment le remodelage total des lieux (après destruction de toute la végétation actuelle) avec création d’un monticule surmonté d’un belvédère, de parkings et d’une galerie commerciale avec arcades.
Voici comme est présentée sur leur site web l’approche des architectes pour élaborer leur projet : « l’enjeu a été de projeter un parc sans connaître totalement le site, impénétrable, trop dangereux, ni son sous-sol très contraignant. Le parti pris a été de travailler simultanément le comblement des cavités du sous-sol et le modelé du sol ».
Aucune visite du milieu naturel n’a a priori été faite avant de proposer ces aménagements lourds. Nous préconisons une autre approche plus concrète, plus réaliste et respectant le site actuel.

La situation actuelle : un espace boisé

C’est sur le territoire de la commune de Romainville que s’étendra la plus grande partie de la future base de loisirs de la Corniche des Forts : il s’agit d’une zone d’environ 40 hectares (partie B sur la figure 2 ci-contre) correspondant à d'anciennes carrières de gypse, au relief varié (buttes, creux, « plateau ») et désormais recouvertes d’un bois dont les essences dominantes sont l’Erable plane, le Robinier faux-acacia, l’Orme champêtre, le Frêne commun et l’Erable sycomore, auxquels se mêlent quelques merisiers (qui fleurissent au printemps et qui offrent alors un spectacle très agréable), marronniers, pins noirs, hêtres ...
A Pantin, le long de la rue Jules Jaslin, existe une autre portion de bois (partie A de la figure 2) qui sera aussi incluse dans la future base et où l’on trouve un élément paysager rare et original en Ile-de-France : un front de taille très pittoresque : le projet de le transformer en mur d’escalade a été évoqué, ce qui le détruirait.
Les aménageurs ne partent donc pas à partir d’une simple "friche", mais bien d'un bois diversifié.

Figure 1

Figure 1- Le projet initial d'aménagement de la base de loisirs par Ilex Paysages : notez 1) la butte artificielle surmontée d'un belvédère et 2) une galerie commerciale à arcades à demi-enterrée
Source : Ilex Paysages
Figure 2

Vue actuelle de la zone par satellite : elle est entièrement boisée et "naturelle". On distingue deux parties séparées par le parc de Romainville : A) une zone située à Pantin (point rouge : situation d'un front de taille pittoresque) et B) les anciennes carrières de Romainville.
Source : Google maps
Le front de taille (falaise de gypse) à Pantin (93)

Le front de taille (falaise de gypse) à Pantin (93) : un paysage pittoresque rare en banlieue parisienne et à préserver.
Photographie : Ornithomedia.com
Lierre

Les secteurs les plus ombragés des anciennes carrières de Romainville sont recouverts de lierre.
Photographie : Ornithomedia.com


218 espèces végétales


Le cabinet d’étude Écosphère (www.ecosphere.fr) avait réalisé en juillet 2001 une étude écologique du secteur. Il avait alors recensé 218 espèces végétales dont 59 sub-spontanées ou naturalisées.
Certaines zones comprennent des arbres de taille respectable. La strate arbustive est dominée par les fourrés à Sureau noir et Sureau yèble très intéressants pour les oiseaux migrateurs (ils fournissent des baies en automne).
On trouve aussi des bosquets isolés de lilas (notamment près de l’ancien château de Romainville) et d’arbres à papillons dans les endroits ensoleillés (favorables aux papillons).
Dans les zones humides et ombragées se développe un sous-bois dominé par l’Ail des ours et la Grande Ortie (intéressante pour les papillons), le lierre grimpant (baies et refuges pour les oiseaux), le houblon…
Certains arbres sont littéralement recouverts de lianes, offrant un spectacle digne de la forêt tropicale.
On note sur la zone la plus élevée (« plateau ») quelques petits peuplements odorants d’armoises.
Un secteur très localisé est recouvert de Renouées du Japon (Fallopia japonica), une plante invasive.

Des oiseaux typiques des milieux forestiers d’Île-de-France

Buse variable (Buteo buteo)

Lors d'une sortie en avril 2011, un couple de Buses variables (Buteo buteo) paradait au-dessus des anciennes carrières, en compagnie de deux Eperviers d'Europe : un spectacle rare en proche banlieue.
Photo : Arthur Grosset / Arthurgrosset.com

L’étude écologique publiée en octobre 2001 par le cabinet Écosphère avait été réalisée à partir de "recherches sur le terrain" (dont ni le nombre ni la durée totale n’ont été précisés) menées en juillet 2001, un moment de l’année assez mal choisi pour évaluer la richesse ornithologique, les oiseaux étant alors discrets et chantant peu. A noter d’ailleurs que le mois de juillet n’est pas optimal pour déterminer la richesse botanique, de nombreuses fleurs étant déjà fanées.
40 oiseaux nicheurs (les espèces migratrices et hivernantes n’ont pas été recensées, alors que la richesse globale d’un site devrait s’évaluer sur au moins une année complète), ainsi que cinq mammifères et 13 papillons (dont l'Argus bleu et l’Aurore) ont été recensés.
Les oiseaux nicheurs sont typiques des espaces boisés de la région parisienne : Accenteur mouchet (Prunella modularis), Fauvette à tête noire (Sylvia atricapilla), Grive musicienne (Turdus philomelos), Mésanges bleue (Cyanistes caeruleus) et charbonnière (Parus major), Merle noir (Turdus merula), Pigeon ramier (Columba palumbus), Pinson des arbres (Fringilla coelebs), Pouillot véloce (Phylloscopus collybita), Rouge-gorge familier (Erithacus rubecula), Troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes) et Geai des chênes (Garrulus glandarius).
Le Bouvreuil pivoine (Pyrrhula pyrrhula), en déclin dans la région, nicherait dans le secteur. Il est en tout cas probablement visible en hiver.
Les grands arbres permettent la nidification des pics (trois espèces), de la Chouette hulotte (Strix aluco) (bien présente et audible à la fin de l’hiver depuis les quartiers alentours) et de l’Epervier d’Europe (Accipiter nisus). Au moins deux couples sont présents, et leur parade est bien visible à la fin de l’hiver.
La Buse variable (Buteo buteo) est un nicheur probable (couple en parade observé en avril 2011), ce qui est rare en pleine banlieue parisienne.
Selon Ecosphère, les zones à orties et buissons accueilleraient la Rousserolle verderolle (Acrocephalus palustris).
Toujours selon l'évaluation, les espaces plus dégagés (plus élevés) accueillent le Chardonneret élégant (Carduelis carduelis) et le Serin cini (Serinus serinus).
Des sorties en automne et au printemps permettraient sûrement de constater que ce secteur sert aussi de zone nourrissage et de repos pour de nombreux passereaux migrateurs comme le Gobemouche noir (Ficelula hypoleuca), les pouillots, les grives… tandis qu’en hiver le Pinson du Nord (Fringilla montifringilla), la Grive mauvis (Turdus iliacus) et de grandes troupes de Pigeons ramiers y stationnent.

Une valeur écologique "faible": oui mais …

Zone déboisée

La zone déjà entièrement déboisée le long de la rue du Docteur Vaillant (Romainville) : voilà à quoi ressemblera toute la zone si une autre approche n'est pas proposée.
Photographie : Ornithomedia.com

L’étude de 2001 d’Ecosphère avait évoqué une "valeur écologique faible à localement moyenne" : cet avis ne tient pas compte de la valeur paysagère unique du site, une véritable île de verdure "sauvage" enserrée ans un tissu urbain dense. En outre, grâce à un relief varié (buttes, creux, "vallons"), une promenade est dépaysante et reposante, les bruits de la ville alentours étant absorbés par la végétation et le terrain. Au détour d’un chemin, au-dessus de la cime des arbres, se dévoilent de temps en temps des points de vue remarquables sur les villes environnantes et sur Paris.
Avec la saison, le paysage change de visage : il s’embrase en automne, grâce aux érables et frênes, tandis qu’au printemps le vert tendre des frondaisons est ponctué du blanc des merisiers en fleurs. Cette zone constitue désormais un élément important du cadre paysager des communes proches.
Si la biodiversité est classique pour un milieu boisé relativement récent de la banlieue parisienne, elle représente toutefois un réservoir de biodiversité, un refuge pour des plantes et animaux qui ont quasiment disparu de l’environnement urbain dense du secteur.
Le secteur représente aussi un relais, un élément d’un corridor écologique entre la grande banlieue et les bois parisiens. Ce rôle essentiel a été complètement oublié et négligé par l’étude d’Ecosphère : or cette fonction est de plus en plus souvent prise en compte par les aménageurs qui ont une approche globale et durable.

Des bâtiments intéressants

Quelques bâtiments sont des indicateurs du passé historique (la Folie de Pantin, belle demeure du 18ème siècle, le château de Romainville, les forts des Lilas, de Romainville et de Noisy-le-Sec) et industriel (maison des carriers, tunnel d’exploitation) du site, et il serait important de les conserver et de les restaurer s'en servir de centres d'information et d'accueil.

Sous-sol instable et différents secteurs

Un paysage valloné et boisé original en proche banlieue parisienne

Un paysage vallonné et boisé original en proche banlieue parisienne.
Photographie : Ornithomedia.com

Une orientation initiale désastreuses pour l'environnement

Le projet proposé par le cabinet Ilex qui avait été retenu par les décideurs (et qui était d’ailleurs différent de celui qui avait été approuvé par les habitants, mais que nous n’avons pas réussi à consulter) faisait table-rase de la nature existante, qui était totalement détruite au profit de vastes pelouses et de reliefs artificiels. Même si ce choix a été suspendu, avant tout pour des questions financières, il existe un vrai risque qu'il reflète la volonté des aménageurs de faire de ce lieu un endroit spectaculaire pouvant accueillir de nombreux visiteurs simultanément. Il était en outre coûteux, le montant du budget s’élevant selon les sources entre 54 et 80 millions d’euros. Nous pensons qu’une autre approche est possible et souhaitable.

Une contrainte forte : un sous-sol instable

Des zones potentielles d’effondrement, dont la dangerosité, l’étendue et la localisation précises n’ont pas été révélées, qui sont le résultat de l’ancienne exploitation du gypse, avaient jusqu’à présent protégé la zone en obligeant sa fermeture au public. Paradoxalement, la sécurisation des lieux constitue aujourd’hui la plus grande menace qui pèse sur l’habitat naturel qui s'est développé depuis la fin d'activité des carrières. Des engins de chantier ont d’ailleurs déjà tracé à travers le bois de larges chemins pour faciliter les sondages.
N’ayant pas eu accès aux résultats de ces sondages, il nous est difficile de faire une proposition précise sur la localisation des zones à combler. Écosphère avait signalé dans son étude de 2001 que les travaux de mise en sécurité et de terrassement engendreraient la destruction d’une grande partie des boisements actuels et la disparition probable de la plupart de la faune et de la flore : il faut donc tout faire pour que les interventions soient les plus limitées possibles.
Nous pensons que ce comblement devrait respecter certains principes :

  • les engins qui apporteront les matériaux devront utiliser au maximum les chemins déjà tracés;
  • les zones à combler devront être les plus limitées possible, afin de limiter au maximum les dégâts inévitables et désastreux au niveau écologique et paysager : mais depuis le choix du projet d'Ilex, les techniques d’injection et de consolidation ont évolué et sont de moins en moins invasives. En 2007, les carrières souterraines situées sous le parc départemental de Romainville avaient d’ailleurs été comblées par injection d’un coulis de béton sans que des destructions soient nécessaires;
  • les matériaux apportés devront être sans danger pour l’environnement;
  • les remblais seront stockés au maximum en dehors de la zone boisée;
  • il n’est a priori pas nécessaire d‘ouvrir toute la zone au public et donc de combler tout le sous-sol : certains secteurs pourraient rester fermés et serviraient de refuges pour la faune et la flore;
  • les zones détruites inévitables devront être reboisées;
une étude de la présence de chauves-souris devrait être menée au préalable afin de localiser et de sauvegarder certaines cavités qui leur servent de refuge.
Arbres déracinés par les engins de terrassement pour réaliser les premiers sondages, anciennes carrières de Romainville (93)

Arbres déracinés par les engins de terrassement pour réaliser les premiers sondages, anciennes carrières de Romainville (93).
Photographie : Ornithomedia.com
Tuyaux

Tuyaux de sondage du sous-sol, anciennes carrières de Romainville (93).
Photographie : Ornithomedia.com
Espace déjà en partie artificialisé

Espace déjà en partie artificialisé, anciennes carrières de Romainville (93).
Photographie : Ornithomedia.com
Ambiance de sous-bois au printemps, anciennes carrières de Romainville (93)

Ambiance de sous-bois au printemps, anciennes carrières de Romainville (93).
Photographie : Ornithomedia.com

Figure 3

Figure 3- Différentes zones de boisement dans les anciennes carrières de Romainville et de Pantin : A) Vert sombre : zones boisées denses à préserver intégralement, B) Vert clair : zones boisées plus claires à aménager légèrement, C) Jaune : zones plus ouvertes, D) Mare possible, E) Orange : zones déjà artificialisées. De 1 à 3, des points d'observation remarquables. 4 : front de taille. En orange sont tracés les chemins et percées existant déjà.
Carte : Ornithomedia.com d'après Google maps

Différentes zones

Un bois recouvre désormais les anciennes carrières de Romainville, et il est important de le conserver au maximum. Les forêts sont en effet très appréciées des franciliens : 85% d’entre eux s’y rendent au moins de façon occasionnelle et 88% déclarent apprécier s'y promener. Cet habitat est donc autant apprécié que les pelouses. En outre, seuls 27 % d’entre eux considèrent qu’il est facile de s’y rendre en transport en commun : or ce bois est justement bien desservi (source des chiffres : Agence des espaces verts d’Ile-de-France). :
Nous avons identifié (figure 3) différentes zones plus ou moins densément boisées qui devraient orienter les aménagements;

  • Vert sombre (A)  : nombreux grands arbres, sous-bois forestier : à préserver intégralement comme zones refuges pour la faune et la flore, comme cloisons végétales naturelles séparant du tissu urbain, pour l'atténuation des bruits, pour la préservation de la ligne d’horizon arborée actuelle, pour leur intérêt paysager, pour la conservation de la fraîcheur en été, comme abri vis-à-vis du froid et du vent, … ;
  • Vert clair (B) : boisements plus clairs (terrains plus secs, peuplements plus récents) : aménagements légers possibles (parcours de santé et sportif, bancs, sentiers, aires de pique-nique, panneaux d'information…) avec conservation de la plupart des arbres et de secteurs de sous-bois (refuges pour la faune et la flore). Nous pensons que même dans ce secteur les pentes boisées des buttes devraient être conservées et interdites au public (pour lutter contre l’érosion et le piétinement, comme refuges pour la faune, pour garder le caractère un peu "mystérieux" des creux actuels;
  • Jaune (C) : espaces plus clairs, déjà déboisés ou envahis par la Renouée du Japon : des prairies de fauche entretenues de façon douce sans traitement chimique pourraient être créées. Une ou deux mares pourraient être creusées dans des fonds favorables.
  • Près de l’ancien château de Romainville existe un paysage bucolique, vestige d’un ancien parc arboré (marronniers, bosquets de pins, bosquets de lilas, murets) qui pourrait servir de point d’entrée et de repos (bancs, buvette). Le futur parc de la Corniche des forts comprend des parcs urbains où existent déjà des pelouses (parc de Romainville par exemple), et il n'est donc pas nécessaire d'en créer de nouvelles;
  • Orange (D) : zones déjà déboisées : elles devront concentrer les structures "lourdes" (équipements sportifs, points d’accueil éventuels).

Un autre aménagement est possible

Sentier

Plusieurs sentiers sillonnent déjà les anciennes carrières de Romainville (93).
Photographie : Ornithomedia.com.

Un exemple d’aménagement  "doux" : le parc du Plateau d’Avron à Rosny-sous-Bois

Les aménageurs ont la chance de pouvoir étudier le cas d’un exemple d’aménagement original, doux et respectueux de la nature dans un contexte similaire, d’une superficie proche et dans le même département : le parc du Plateau d’Avron à Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).
Il se trouve en effet aussi sur d'anciennes carrières souterraines de gypse qui ont été sécurisées tout en conservant l’intérêt écologique des lieux. Il fait partie de la trame verte de la Corniche des Forts reliant Rosny-sou-Bois au Parc de la Villette, et son aménagement tient compte des éléments paysagers et environnementaux (inscription au réseau Natura 2000 et classification en ZNIEFF). Nous pensons d’ailleurs que les aménageurs pourraient entrer en contact avec les gestionnaires de ce parc pour bénéficier de leur expérience, même si l’habitat naturel est différent (bois à Romainville, coteaux secs à pelouses et buissons à Rosny-sous-Bois).
Nous avons intégré une partie de l’approche utilisée à Rosny-sous-Bois pour proposer une nouvelle démarche pour la Base de la Corniche des Forts.

Des aménagements respectueux des atouts naturels

Différents aménagements sont possibles qui préserveraient l’intégrité écologique et paysagère du site :

  • création de pistes piétonnes et cyclables (séparées par des lisses de bois) : des sentiers parfois assez larges existent déjà (ils ont été créés par le passage d’engins de chantier) et sillonnent la plupart de la zone (voir la figure 3 de la page précédente) : il ne serait donc pas nécessaire d’en créer beaucoup d’autres, ce qui éviterait des abattages inutiles et limiterait les dérangements et le piétinement du sous-bois;
  • des haies ou des petites barrières pourraient séparer les sentiers du sous-bois pour éviter le piétinement;
  • création de petites prairies naturelles dans les secteurs déjà déboisés ou dans la zone envahie par les Renouées du Japon;
  • installation d'un mobilier urbain solide, facile à nettoyer et non inflammable (bancs, tables, poubelles);
  • installation d’une signalétique (plans, panneaux, totems) d'orientation et d'information sur la flore et la faune;
  • installation de garages à vélos, d’aires de pique-nique, d’aires de jeux pour les enfants, de sanitaires (?);
  • mise en place de points d’observation : tables d’orientation, points de suivi de la migration des oiseaux. Les associations pourraient organiser des séances de suivi de la migration en automne;
  • une buvette démontable;
  • un mur d’escalade pourrait être installé en profitant des fondations d’un bâtiment existant dans la zone des anciennes carrières de Romainville et ainsi épargner la belle falaise de gypse située sur la commune Pantin;
  • l’éclairage devrait être réduit au strict nécessaire, devrait être économe, ne pas être trop puissant et être éteint la nuit pour ne pas perturber la faune;
  • pourquoi pas mettre en place un petit kiosque à musique, pour des concerts organisés par les élèves des conservatoires de musique des communes proches, dans l’esprit "romantique" du Parc des Buttes-Chaumont, qui a d’ailleurs des points communs (relief, espace arboré) avec cette zone ?

Le cas du front de taille à Pantin

Fondations

Dans les anciennes carrières de Romainville, les fondations d'un ancien bâtiment pourraient être aménagées en murs d'escalade
Photographie. : Ornithomedia.com.
A Pantin, le long de la rue Jules Jaslin et de la rue des Buttes subsiste une portion boisée au caractère naturel dominée par un front de taille (falaise) très pittoresque et à l’intérêt paysager réel : des rumeurs évoquaient la création d ‘un mur d’escalade qui entraînerait :
  1.  sa destruction (bétonnage nécessaire pour sa consolidation);
  2. le piétinement et la destruction de la végétation environnante;
  3. des attroupements de personnes entraînant des nuisances sonores pour le voisinage (déjà constaté dans la rue des Buttes, où se posent désormais des problèmes de voirie).
Il existerait une alternative : aménager les fondations d'un ancien bâtiment existant sur les sites des carrières de Romainville

Éviter les concentration de personnes

Il faudrait éviter les zones de forte concentration de visiteurs et préserver des zones de quiétude, en plus des zones refuges pour la faune et la flore.

Les bâtiments

Les bâtiments d’accueil du public ne devraient pas empiéter sur la zone boisée et devraient utiliser ceux existants à restaurer : Folie de Pantin, Maison des Carriers, anciennes maisons de la Rue des Buttes (Pantin).

Une approche générale favorisant la biodiversité

La biodiversité actuelle du site devrait être préservée et elle pourrait même être augmentée :

  • conservation des arbres morts non dangereux;
  • création d’une petite mare naturelle à l'emplacement le plus favorable;
  • création de petites prairies fleuries arborées;
  • conservation au maximum des plantes de sous-bois (orties…) qui favorisent les insectes, notamment les papillons;
  • mise en place de nichoirs fabriqués ou naturels : cette activité pourrait être réalisée par les classes des communes environnantes;
  • entretien réduit au strict nécessaire permettant à la faune et à la flore de se développer librement;
  • bannir définitivement les insecticides et herbicides au profit d'autres techniques;
  • éviter de bétonner ou goudronner les allées;
  • les petits murets près de l’ancien château de Romainville pourraient servir de support à la culture d’arbres à fruits (pêchers…).

Une partie de ces activités favoriseront ainsi une découverte pédagogique du milieu.

Des idées de thèmes

Zone basse

Dans les zones les plus basses, il existe peut-être  un emplacement favorable à la création d'une mare.
Photographie : Ornithomedia.com.

L’identité de cette base devrait s’inspirer de son historique : une ancienne activité de carrière et le retour de la Nature. Des expositions pourraient être organisés, un site web créé : sur les plantes "pionnières", sur les espèces invasives, sur la place de la nature en ville, sur les anciennes carrières, sur le choix des matériaux dans l’architecture régionale, sur l’impact des carrières sur le paysage...

Clôturer le site

Nous pensons que le site devrait être clôturé, voire gardé la nuit pour limiter les incursions, dégradations, dérangements de la faune, le squattage et les trafics divers (nombreux dans le département).

Dérangements et sécurité

L’ouverture de cet espace entraînera un afflux de personnes qui augmentera les nuisances sonores et visuelles, les dégradations et l’insécurité pour les quartiers voisins : les décisions d’aménagement devraient prendre en compte cet aspect essentiel pour le respect de la tranquillité des habitants.
Une fréquentation dominée par des promeneurs et des sportifs devrait être favorisée au détriment des rassemblements bruyants et des groupes de jeunes venus des cités environnantes.
Les horaires d'accès devraient être les mêmes que ceux des parcs urbains et des barrières devraient empêcher le stationnement de voitures en soirée à proximité des entrées.

Budget

Le budget initial envisagé pour cette base de loisirs s’élevait entre 53 et 80 millions d’euros. Cette nouvelle approche permettrait de réduire fortement les fonds nécessaires.

La ligne d'horizon boisée du site doit être conservée

La ligne d'horizon boisée du site doit être conservée.
Photographie : Ornithomedia.com.

En conclusion

L’aménagement de ce milieu rare en région parisienne devrait donc avoir comme double objectif de préserver au maximum la faune et la flore et les qualités paysagères actuelles tout en l’ouvrant aux habitants.
Il devrait :

  • favoriser le développement d’une flore et d’une faune variées;
  • conserver la diversité écologique existante par la mise en place d’un mode de gestion adapté;
  • privilégier une découverte pédagogique du milieu tout en le protégeant.

Les aménagements devront être doux et discrets et des zones-refuges devront être conservées. Le paysage dépaysant et naturel actuel devrait être conservé, car il serait dommage de détruire ce que la Nature a créé en cinquante ans.
La continuité de la fonction de réservoir biologique  de cet espace devrait être assurée.
Les nouvelles orientations prises devront être transparentes et soumises à la population locale concernée et non pas rester opaques comme cela a été le cas depuis 2000.
Il n’est plus envisageable de réaliser des bases de loisirs sur le modèle de celles créées dans les années 1970 et 1980 : de vastes pelouses et un plan d’eau. Les conseils général et régional, qui mettent souvent en avant les actions de conservation de la biodiversité, ne peuvent pas cautionner la destruction d‘un espace unique, fragile et intéressant.
Le public est suffisamment mature pour reconnaître l’importance de préserver la faune et la flore, et apprécierait de pouvoir se promener dans un espace boisé au relief varié. Il n’a pas besoin d’une énième pelouse pour des concerts et des manifestations sportives de masse. L’aménagement devrait répondre à des besoins locaux et départementaux et ne pas avoir des ambitions démesurées.

Sources

Vos commentaires sur :
"Une autre approche pour la base de loisirs de la Corniche des Forts"

Vous devez être identifié(e)/connecté(e) pour accéder à cette page ! Si vous êtes déjà inscrit(e), rentrez votre email et votre mot de passe dans la zone "S'identifier/Devenir membre ".

Vous devrez alors revenir sur l'article actuellement consulté pour pouvoir réagir dans la boite de commentaires.


Commentaires postés :

alexandre.hitti

Novembre 2017, le projet d'aménagement des 8 hectares des anciennes carrières de Gypse de Romainville est relancé par Valérie Péresse, avec une ouverture au publc fin 2019. 5 hecates seront conscarés aux loisirs, il est à craindre que les arbres soient coupés.

https://www.iledefrance.fr/corniche-forts-feu-vert-amenagements-supplementaires?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=la_lettre_d039infos

08/11/2017

Répondre

Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest