Publicité

Découvrez la boutique de vêtements griffés Ornithomedia.com !

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Spécial > 18ème Festival de la Photo Animalière et de Nature de Montier-en-Der

18ème Festival de la Photo Animalière et de Nature de Montier-en-Der

18ème Festival de la Photo Animalière et de Nature de Montier-en-Der

18ème Festival de la Photo Animalière et de Nature de Montier-en-Der

Le Festival international de la Photo Animalière et de Nature de Montier-en-Der (Haute-Marne) est le rendez-vous incontournable des passionnés de la photo et de la nature.

Le thème de l'édition 2014 est "La biodiversité passée, présente et future". Plusieurs grands noms sont annoncés et leur présence, tout au long des quatre jours, est l'un des atouts-maîtres du festival. Ornithomedia.com y a tenu un stand.

I - L'édition 2014 du Festival de Montier-en-Der

Le festival en quelques chiffres

  • Deux concours : le concours international, destiné aux adultes, amateurs
    et professionnels, et le concours Jeunes, destiné aux plus jeunes (de 8 à 18 ans)
    avec plus de 30 000 € de lots et une exposition des photos primées lors du festival
  • 42 000 festivaliers
  • Plus de 4 400 scolaires
  • 180 exposants dont 80 expos photo originales et variées
  • 15 sites / 2 000 photos
  • 1,60 hectare de surface d’expositions (intérieure et extérieure)
  • 1 000 m² d’expositions, de démonstrations et de tests de matériels photo, optique
    et accessoires des grandes marques
  • Un "chapiteau jeunesse" de 350 m² avec 130 animations spécifiques
  • Plus de 40 heures de conférences
  • Plus de 70 mini-forums
  • Plus de 12 000 références d’ouvrages de photographie, nature, voyage... Et toutes les nouveautés, avec des séances de dédicaces, par les auteurs présents sur le festival.
Steve Winter , un des parrains du Festival Photo de Montier-en-Der

Steve Winter , un des parrains du Festival Photo de Montier-en-Der.
Source : Steve Winter

Les parrains de prestige

  • Un parrain photographe : Steve Winter (États-Unis), grand photographe pour National Geographic, photographe de la conservation des espèces, primé aux grands concours et interviewé par des grandes chaînes internationales, de télévision.

  • Un parrain artiste : Jacques Rime (Suisse), un dessinateur de talent qui proposera une exposition intitulée "traces de lynx".

  • Une marraine : Julie de Waroquier (France), de  "Vision libre" :  photographe nature, primée à de nombreux concours nationaux et internationaux.

Les invités d'honneur

  • Lynn Schooler (États-Unis), auteur de "l’Ours Bleu" qui relate sa longue amitié avec le photographe japonais, Michio Hoshino, victime d’un Ours brun au Kamtchatka, il symbolise la fragilité de l’Homme, face à la nature, toujours souveraine.

  • Rosamund Kidman Cox (Royaume-Uni) célèbre les 50 ans du prestigieux concours "Wildlife Photographer of the Year" (ancien concours de la BBC).

  • Laurent Geslin, photographe professionnel. Son projet "Le Safari Urbain" a permis de réintroduire la vie sauvage en ville. Ses travaux sont présentés dans différents musées en France et à l’étranger, ainsi qu’aux Nations-Unis à Genève. Il participe à de nombreux magazines internationaux. Il est l’auteur de l’affiche de l'édition 2014 du festival, qui représente un Lynx boréal, avec la collaboration de Stéphane Hette, pour le graphisme.

  • Pierre Gleizes, photographe, fondateur de la photothèque de Greenpeace International. Il a aussi travaillé chez Associated Press et pour l'E.I.A (the Environmental Investigation Agency).

Les compères du Festival

  • Catherine et Rémy Marion, exposition sur les Ours Polaires avec l’association « Pôles Actions »
    Tous deux parcourent les régions polaires depuis 25 ans, passionnés par les lumières de l’Arctique et la faune polaire, et plus particulièrement l’ours polaire.

  • Michel et Christine Denis-Huot, exposition « Le Kenya de MDH »
    Amis fidèles du festival depuis sa première édition, Michel et Christine sont des passionnés des grandes étendues sauvages de l’Afrique de l’Est, principalement le Masaï-Mara.

  • Stéphane Hette, exposition « 4m² de nature »
    Photographe reconnu, il participe à la fondation du magazine Nat’Images, avec qui il collabore. Il est publié dans les grands magazines français et étrangers. Son projet « 4m2 de nature », qui sera présenté au Festival, a été réalisé en
    collaboration avec Marcello Pettineo et Emmanuel Fery - animateur nature.

  • Cyril Ruoso et Emmanuelle Grundmann
    La passion de Cyril est d'observer dans les mares le petit peuple aquatique et se munir d’un
    appareil photo, au moment de la métamorphose, pour fixer ces émerveillements sur pellicule.

II - Les conférences

Le Festival est aussi un moment privilégié pour échanger, discuter, réfléchir autour de la photographie animalière, de la nature, de l’environnement, de l’écologie et de la technique photographique. Plus de 40 heures de conférences et plus de 70 mini-forums seront organisés durant les 4 jours. Le thème principal de l'édition 2014 est "La biodiversité passée, présente et future" :

  • les animaux du passé : qui étaient-ils, comment vivaient-ils, pourquoi et comment ont-ils disparu ?
  • Les animaux du présent : comment vivent-ils, par quoi sont-ils menacés, comment les protéger ?
  • Les animaux du futur : qui seront-ils, comment et de quoi vivront-ils ?

C’est ce que tenteront de nous expliquer des spécialistes réputés et engagés dans la protection et la conservation des espèces. Voici une sélection des conférences à ne pas rater :

Une certaine vision de la nature

Conférenciers

Marc Boulay, paléo-artiste, et Jean Sébastien Steyer, docteur en paléontologie

Présentation de la conférence

Comment reconstruire un dinosaure ? Comment l’imaginer dans son écosystème disparu ? L’observation de la nature actuelle permet-elle de reconstruire les mondes perdus ? À l’aube des techniques numériques les plus modernes et des effets spéciaux 3D utilisés par Hollywood, l’artiste sculpteur-modeleur et le scientifique paléontologue nous rappellent que reconstruire la nature, c’est d’abord la comprendre. La comprendre "de l’intérieur", du dedans. Finalement, jamais les sciences naturelles, celles des naturalistes du 18ème siècle, n’ont été aussi actuelles. Une conférence en tandem, à ne rater sous aucun prétexte.

Yves Coppens, paléontologue et paléoanthropologue français

Yves Coppens est le découvreur en 1974 du fossile surnommé Lucy.
Source : AFPAN L'Or Vert

La figuration de l'homme fossile

Conférencier

Yves Coppens, paléontologue et paléoanthropologue français, est le découvreur en 1974 du fossile surnommé Lucy, la grand-mère de l’humanité, morte il y a trois millions d’années. Il a inspiré la série à succès de France 2 "L’odyssée de l’espèce" ainsi qu’"Homo sapiens" et "le sacre de l’Homme".

Présentation de la conférence

Réfléchir, travailler sur le passé, paradoxalement, aide à se projeter dans l'avenir. Il y a huit millions d'années, l'assèchement des tropiques a contraint l'hominidé, notre ancêtre, à acquérir la station debout et la marche bipède, en d'autres termes, à s'adapter.

Comment s'organisent aujourd'hui ces adaptations ? Sont-elles infinies ? Limitées ? Leurs histoires, depuis le début de l'humanité, peuvent-elles éclairer les évolutions de demain ?L'étude du passé nous apprend que cette évolution se fait d'abord biologiquement, puis peu à peu culturellement, mais l'évolution culturelle demeure toujours plus rapide que celle du comportement. Après un temps d'inertie, l'Humanité n'en accepte pas moins les avancées scientifiques et techniques. L'avenir est donc prometteur mais il appartient à l'homme de ne jamais oublier que la liberté qu'il a acquise par la connaissance s'accompagne sans cesse de son corollaire, la responsabilité.

Biovision, le nouvel outil de saisie pour Smartphone de la LPO

Biolovision, le nouvel outil de saisie des observations de la LPO pour smartphones.
Source : AFPAN L'Or Vert

La technologie au service de la science participative

Conférencier

Gaëtan Delaloye est né en Suisse en 1974. S’il est aujourd’hui ingénieur en informatique, il a toujours été passionné par la nature, les oiseaux, et la photographie en particulier. Au début des années 2000, il a pu réunir son métier et ses passions pour créer Visionature, un système de gestion de données naturalistes sur le web.

Présentation de la conférence

Les sciences citoyennes, celles qui impliquent chacun pour produire ce qu’aucun individuellement ne serait capable de faire, ont le vent en poupe. Au travers du projet Visionature, la LPO et ses partenaires construisent un réseau qui capitalise aujourd’hui une somme considérable de connaissance.

Le premier objectif de cette conférence est de présenter des résultats visuels, à l’échelle française mais aussi européenne, des possibilités résultant d’une telle entreprise.
Un deuxième volet présentera brièvement les outils existant sur le web, mais fera surtout la part belle au nouvel outil de saisie pour smartphones, qui permettra, sans doute, de rassembler plus de données, avec plus de précision, pour affiner encore les résultats.

Biodiversité dans l'océan et sur les îles

Conférencier

Gilles Bœuf, président du Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris, professeur à l’Université Pierre et Marie Curie, professeur invité au Collège de France.

Présentation de la conférence

Les océans recouvrent aujourd’hui 71 % de la surface de la Terre et constituent le plus grand volume offert au vivant sur la Planète bleue. Ils abritent plus de 235 000 espèces vivantes décrites. Ceci représente quelques 13 % des espèces connues actuellement sur le globe, mais les biomasses marines peuvent être considérables. Par exemple, les bactéries marines représentent à elles-seules plus de 10 % de toute la biomasse carbonée du globe, le phytoplancton, plus de la moitié en productivité.

Les milieux aquatiques fournissent à l’Humanité des ressources alimentaires renouvelables, pour plus de 170 millions de tonnes (année 2011), pêche et aquaculture réunies, tous groupes confondus. Ces ressources sont également très menacées aujourd’hui, et la F.A.O. estime à 76 % l’ensemble des stocks pleinement exploités ou surexploités. Les écosystèmes sont altérés, dégradés, pollués, des espèces allochtones introduites partout (ballastage des grands navires par exemple) et le changement climatique ne va rien arranger. L’aquaculture, celle soucieuse des lendemains, sans destruction des environnements côtiers et pollution inconsidérée, complémentaire de la pêche, est-elle développée ? L’océan s’échauffe et s’acidifie, son niveau monte et les zones côtières s‘étouffent !

Et cet océan entoure des 'îles plus ou moins vastes : de véritables continents pour les plus étendues comme l’Australie, la Nouvelle-Guinée ou encore Madagascar, ou de minuscules îlots. Ces îles sont des témoins de l’évolution de la vie, de par leur isolement et leur fragilité associée : indépendantes et loin de tout, sur lesquelles la biodiversité a évolué souvent bien différemment, jusqu’aux premières immigrations humaines qui y ont transporté tout, partout. Et, c’est bien l’arrivée des humains depuis 60 000 ans, pour les temps les plus anciens, (îles de la Sonde et Australie), jusqu’à des époques historiques beaucoup plus récentes, (13ème siècle pour la Nouvelle-Zélande) qui a tout bouleversé ! De l'histoire de ce chat qui à lui seul, fait disparaître une espèce d’oiseau aptère sur l’île Rodrigue, à ces disséminations partout de rats, les invasions d'espèces sont légions et problématiques. Alors, comment assurer une bien meilleure gestion de tous ces écosystèmes et construire enfin notre monde réellement soutenable ?

Albatros

La Nouvelle-Zélande est l'un des pays du monde les plus importants pour les oiseaux marins, dont les albatros.
Source : AFPAN L'Or Vert

Nouvelle-Zélande - Voyage aux antipodes sauvages

Conférencier

Arnaud Guérin

Présentation de la conférence

La Nouvelle-Zélande, ou "Aotearoa" ("la Terre au long nuage blanc") dans la langue maorie, est un archipel des antipodes qui, au-delà de sa singularité géographique, attire inexorablement les voyageurs vers le Grand Sud, depuis que Tasman et Cook l’ont révélée au monde. Terre sauvage à la biodiversité exceptionnelle, la Nouvelle-Zélande cultive ce que les Anglo-Saxons appellent le "wilderness". Comment traduire ce sentiment de confrontation à une nature pure, sauvage, où le climat replace bien souvent le voyageur devant son destin et ses réalités? Cet archipel du Pacifique sud, profondément imprégné de la culture maorie issue des Polynésiens arrivés là il y a moins de mille ans, a ce pouvoir d’attraction des terres, où la nature s’exprime encore sans contrainte.

Ici, les volcans sont ceux de la ceinture de feu du Pacifique, les forêts primaires tempérées sont parmi les dernières de la planète, les montagnes sont les Alpes des antipodes, les oiseaux de mer sont les albatros, les littoraux sont vierges comme au premier matin du monde... La Nouvelle-Zélande offre tellement, qu’il est souvent difficile de choisir où aller, que voir... Bien au-delà des cartes postales, du rugby, du haka, des moutons ou de l’Américas’Cup.
Entre l'Île du Nord, l'Île du Sud ou encore celle de Stewart, la diversité "made in New Zealand" s’écrit en majuscules au fil des paysages. Sa faune et sa flore sont uniques au monde (lire À la recherche des oiseaux endémiques de Nouvelle-Zélande) ou encore de rencontres avec Maoris ou Pakéas (Néo-Zélandais d’origine européenne). Ce petit pays des antipodes, peuplé de 4,3 millions d’habitants, est une pépite qui n’oublie pour autant pas de vivre dans la modernité d’un monde connecté aux enjeux environnementaux préoccupants.
C’est son expérience, acquise au cours de nombreux voyages sur ces terres des antipodes et son triple regard de photographe, de scientifique et de voyageur que vous livre Arnaud Guerin, au fil de ses images et de ses textes, comme pour vous remettre une invitation à partir sur cette Terra australis, qui est la première, chaque année, à être illuminée par le soleil du 1er janvier.

Madagascar, les trésors verts de l'île rouge

Conférencier

Ronan Fournier-Christol est réalisateur et producteur de films animaliers, de nature, de voyages et de découvertes. Il dirige "Songes de Moaï Productions".

Présentation de la conférence

Madagascar, la cinquième plus grande île du monde, est une véritable Arche de Noé. En effet, elle abrite une faune unique au monde, malheureusement en voie d’extinction. Ici, des oiseaux multicolores, des reptiles surprenants et de facétieux lémuriens se partagent des biotopes remarquablement variés.

III - Les photographes

Le Festival Photo de Montier-en-Der, c'est surtout le 'royaume' des photographes. L'occasion de voir le temps d'un long week-end ce qui se fait de mieux en la matière. Voici une sélection des expositions photos à voir :

Circaète Jean-le-Blanc (Circaetus gallicus)
"Chasseur d'écailles", l'exposition de David Allemand sur le Circaète Jean-le-Blanc (Circaetus gallicus).
Source : AFPAN L'Or Vert

"Chasseur d'écailles"

Photographe

David et Stéphanie Allemand partagent le même engouement pour les espaces naturels encore préservés. Ils réalisent un travail rédactionnel, en s'impliquant en tant que journalistes, pour de nombreux magazines français et internationaux.

Présentation de l'exposition

C'est au printemps que les premiers Circaètes Jean-le-Blanc (Circaetus gallicus) arrivent d'Afrique, pour retrouver leur territoire dans le sud de la France (lire Les jeunes circaètes doivent aussi manger des invertébrés durant leur migration). L'exposition "Chasseur d'écailles" souhaite vous faire entrer, vous aussi, dans la "cache" des photographes, afin de contempler des splendeurs insoupçonnées et découvrir, à votre tour, la vie secrète du circaète.

Regards Nature

Photographes

L’A.C.P.C. (Association de Chasse Photographique de la région Centre). Composée de 24 membres, l’A.C.P.C. s’applique à saisir la vie animale, en région Centre. Le Perche, la Sologne, la Beauce et le Val de Loire, des territoires naturels remarquables, sont souvent leurs milieux de prédilection.

Présentation de l'exposition

Du petit monde des  insectes, aux espaces  des grands mammifères, en passant par l’univers aérien des oiseaux, l’A.C.P.C. vous propose une balade animale, au cœur de sa région.

"À table !"

Photographes

L'Association des Photographes Animaliers Bretons (A.P.A.B.) regroupe des naturalistes passionnés de photographie, qui souhaitent partager, avec le plus grand nombre, leurs rencontres "sauvages".

Présentation de l'exposition

Pour la première fois, les photographes de l'A.P.A.B. vous proposent une exposition thématique. Qu'ils  soient insectes, reptiles, mammifères ou oiseaux, tous passent  "à table ! ". Prédation et nourrissage sont quotidiens dans la nature : que ce soit sur une fleur, au dessus des flots, dans les prairies ou à l'orée d'un bois, la vie et la mort se croisent très souvent. Retrouvez dans cette exposition, des moments tragiques pour les uns, mais si utiles pour les autres.

Exposition "En images"

Pygargue de Steller (Haliaeetus pelagicus), photo tirée de l'exposition "En images" proposée par l'Association Sportive de la Chasse Photographique Française.
Source : AFPAN L'Or Vert

"En images"

Photographes

Fondée en 1955, l'Association Sportive de la Chasse Photographique Française (A.S.C.P.F.) a pour vocation de rassembler celles et ceux qui réalisent des images photographiques de nature et d'animaux libres et sauvages.

Présentation de l'exposition

"En images" est une œuvre collective, composée de 32 photos récentes sélectionnées parmi les meilleures photos des membres de l'A.S.C.P.F.. 32 sensibilités et regards différents, sur la nature et la vie animale, convergent vers un objectif commun : "mettre en valeur cette vie fragile, qui compte sur nous pour être préservée".

"Land of Clémentine"

Photographe

Alexandre Boudet, autodidacte, devient photographe professionnel en 2010. Même si la grande majorité de sa production commerciale est plus tournée vers la publicité et l’industrie, il reste dans l’âme un photographe de nature. ‘‘J’aime retrouver un regard d’enfant sur les scènes simples de la vie sauvage, la poésie d’un quotidien extraordinaire’’.

Présentation de l'exposition

Cette série à été réalisée sur les îles Shetland (Écosse). Ce chapelet d'îles, propice à la rêverie et l'imaginaire, où la faune côtière paraît une évidence du vivant. De par une méthode de tirage artisanale, dite "ancienne", cette série rassemble modernité, poésie, technique et nostalgie.

Exposition "Land of Clémentine"

Guillemot de Troïl (Uria aalge), exposition "Land of Clémentine" d'Alexandre Boudet.
Source : AFPAN L'Or Vert

Au "Cœur des roseaux"

Photographe

Né en 1992, dans le Brabant wallon, en Belgique, Michel d'Oultremont a toujours été fasciné par la nature sauvage. Il a commencé la photographie en 2007, après s'être penché sur l'ornithologie pendant plusieurs années. Michel parcourt avec plaisir ses terres natales, mais aussi des contrées plus lointaines comme l’Écosse, la Norvège ou encore le Sénégal.

Présentation de l'exposition

En plein cœur de l’hiver, dans le nord de l’Europe de l'Ouest, une espèce essaie de survivre au froid glacial… C'est au bord d'un marais, aux roselières touffues, que nous retrouvons la Panure à moustaches (Panurus biarmicus), un petit oiseau au plumage bariolé.

Instants Sauvages - Regards sur la Faune des Alpes

Aigle royal (Aquila chrysaetos), exposition "Instants Sauvages" d'Eric Dragesco.
Source : AFPAN L'Or Vert

"Instants Sauvages - Regards sur la Faune des Alpes"

Photographe

Eric Dragesco a débuté la photographie animalière en 1970, sous la houlette de son père Jean, qui fut un véritable précurseur de la photo animalière en France. Montagnard dans l'âme, Eric se passionna dès le début pour la faune des Alpes, et consacra tout son temps libre à sillonner la montagne.

Présentation de l'exposition

La faune des Alpes est sans doute l’une des plus spectaculaires et des plus variées. En plus des espèces de plaine qui colonisent souvent les pentes, jusqu’à la limite supérieure des forêts, on observe toutes les espèces typiquement alpines ou reliques de l’époque glacière, comme l’Aigle royal (Aquila chrysaetos), le Gypaète barbu (Gypaetus barbatus), le Bouquetin des Alpes (Capra ibex), le Chamois (Rupicapra rupicapra), le Lièvre variable (Lepus timidus) ou le Tétras lyre (Tetrao tetrix). Grâce à l’affût, réalisé en toutes saisons, le photographe naturaliste réussit à se fondre dans la nature, et à rentrer dans l’intimité des espèces les plus secrètes.

"Plumes et poils d'hiver"

Photographes

La Swiss Wildlife Photographers Society se concentre sur l’organisation d’expositions collectives dédiées à la nature dans les montagnes des Alpes et du Jura, dans les forêts et marais de Suisse.

Présentation de l'exposition

Vent glacial, givre et giboulées, l’hiver est rude dans les montagnes suisses (lire Observer les oiseaux alpins autour d'Anzeinde). Pour survivre, la faune fait preuve de remarquables capacités d’adaptation.

Toute la liste des photographes

Retrouvez la liste de l'ensemble des photographes présents lors du festival, sur le site officiel.

IV - Palmarès 2014 des concours international et jeunes

Concours international

L'objectif du concours international est de montrer et de récompenser des images de faune, de flore, des paysages et des témoignages en faveur de la préservation des milieux, des espèces ou de la biodiversité. Neuf thèmes étaient disponibles en 2014 : "oiseaux sauvages de pleine nature", "mammifères sauvages de pleine nature" "autres animaux sauvages de pleine nature", "plantes sauvages de pleine nature ", graphisme, forme et matière", "paysage du monde", "séquence naturelle (3 à 5 images)", "images documentaires" et "vision numérique". Un jury de professionnels du monde de la photographie et des spécialistes de la faune sauvage s'est réuni. Voici ci-dessous les gagnants 2014 du "Grand Prix" et du "Prix spécial du Jury" :

Le "Grand Prix" a été attribué à Evelyne Mary Offentstein pour sa photo "Descente vers l'eau"

Grand Prix "Descente vers l'eau"

Le "Grand Prix" 2014 du concours international a été attribué à  "Descente vers l'eau" d'Evelyne Mary Offentstein





Le "Prix spécial du Jury" a été attribué à Nicolas Dory pour sa photo "Loup noir du Yukon"

Prix Spécial "Loup noir du Yukon"

Le "prix spécial" 2014 du jury du concours international a été attribué à "Loup noir du Yukon" de Nicolas Dory

Concours jeunes de photo nature

Le concours jeunes de photo nature est ouvert à tout photographe individuel âgé de 8 à 18 ans (trois tranches d’âges : 8-11 ans / 12-15 ans / 16-18 ans). Son objectif est de montrer et de récompenser des images de faune, de flore, de paysages et des témoignages en faveur de la préservation des milieux, des espèces ou de la biodiversité. Quatre catégories étaient proposées : "oiseaux et mammifères sauvages", "autres animaux sauvages" (amphibiens, insectes, invertébrés, poissons...) (Ornithomedia.com a offert un lot, une paire de jumelles Minox BF 8x42 pour le gagnant 8-11 de cet catégorie), "paysage du monde" et "monde végétal". Voici ci-dessous la photo qui remporté le Grand Prix 2014 :

Le "Grand Prix" a été attribué à Tristan Moës pour sa photo "Rencontres d'ombres"

Grand Prix du Concours Jeunes "Rencontres d'ombres

Le "Grand Prix" 2014 du concours Jeunes de photo nature a été attribué à "Rencontres d'ombres" de Tristan  Moës

Note : cliquez sur chaque chapitre pour dérouler son contenu.

LiveTweet depuis Montier : tout ce qui s'est passé !

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Observer les Grues cendrées dans la réserve nationale de chasse d'Arjuzanx

Des milliers de Grues cendrées font une halte en janvier-mars et en octobre-novembre et hivernent dans ce secteur du département des Landes.

En savoir plus

Les étangs de Belval, joyaux ornithologiques de l'Argonne

L'avifaune de l'Argonne est variée, et une visite de cette belle zone humide permet d'en avoir un bon aperçu.

En savoir plus

Où observer les oiseaux remarquables en hiver autour du lac du Der-Chantecoq ?

Une sélection de bons secteurs pour observer les oiseaux hivernants remarquables entre novembre et mars.

En savoir plus

Observer les oiseaux sur les lacs d'Orient, d'Auzon-Temple et Amance

Sélection de bons sites pour observer les oiseaux en automne et en hiver sur les trois réservoirs aubois.

En savoir plus

Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest