Publicité

Kite Optics

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Brèves > Abandon du projet Europacity : un succès pour les oiseaux des champs

Brèves

Retour à la liste des brèves

Abandon du projet Europacity : un succès pour les oiseaux des champs

Le Président français a annoncé le 7/11/2019 l'abandon du complexe Europacity qui devait être construit sur 280 hectares de cultures à Gonesse (Val-d’Oise), mais le "projet alternatif" évoqué n'est pas connu et la prudence reste donc de mise.

| Non soumis au comité de lecture

Partager
Translate

Abandon du projet Europacity : un succès pour les oiseaux des champs

En automne, des troupes de Pluviers dorés (Pluvialis apricaria) stationnent dans les champs du Triangle de Gonesse (Seine-Saint-Denis/Val-d'Oise), sur lesquels devait être construit le complexe Europacity.
Photographie (prise dans le Nord) : Ghislain Bottein

Après l'abandon du projet d'aéroport de Notre-Dame des Landes (Loire-Atlantique) en janvier 2018 (lire Les oiseaux qui ont échappé au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes), puis celui de la mine de la "Montagne d’or" en Guyane française en mai 2019, voici une autre bonne nouvelle pour les protecteurs de la nature : le Président Emmanuel Macron a annoncé le jeudi 7 novembre 2019, à l’occasion du troisième "Conseil de défense écologique" (= un Conseil des ministres restreint réunissant les principaux ministres chargés de la transition écologique), l’abandon du projet de complexe Europacity qui était censé ouvrir en 2027 à Gonesse (Val-d’Oise), à 15 kilomètres au nord de Paris : il devait être composé d'un ensemble de commerces, d'installations culturelles et de loisirs (parc aquatique, piste de ski, boîtes de nuit...), était porté par Immochan, la filiale immobilière du groupe de distribution Auchan, et cofinancé par la société immobilière chinoise Wanda. 

Europacity était  largement soutenu par les élus locaux, mais fortement contesté par de nombreux opposants regroupés dans le Collectif pour le triangle de Gonesse (CPTG) en raison de l'artificialisation prévue de 280 hectares de riches terres agricoles. Le Chef de l'État a justifié sa décision en expliquant que ce projet était "daté et dépassé" et qu'il réfléchissait "à un projet alternatif plus vaste.

Le 12 mars 2019, le tribunal administratif de Cergy-Pontoise (Val-d'Oise) avait annulé le Plan Local d’Urbanisme (PLU) de Gonesse (Val-d’Oise) qui devait permettre l’urbanisation du secteur. Pour expliquer sa décision de mars 2019, le tribunal a estimé que le conseil municipal de Gonesse, qui avait approuvé le PLU en septembre 2017, avait "commis une erreur manifeste d’appréciation en classant en zone à urbaniser 248 hectares de terres agricoles. Cette urbanisation concerne des terres particulièrement fertiles, alors que les bénéfices escomptés, notamment en termes de créations d’emplois, invoqués par la commune de Gonesse, ne sont pas établis". Le juge administratif a également estimé que la commune de Gonesse aurait dû présenter une "alternative sérieuse à un projet de nature à affecter considérablement l’environnement local et régional".

Les limites de la ZAC du "Triangle de Gonesse

Les limites de la ZAC du  Triangle de Gonesse (Seine-Saint-Denis/Val-d'Oise).
Carte : Ornithomedia.com d'apès Google Maps et Europacity

Le 6 mars 2018, le tribunal administratif de Cergy-Pontoise avait déjà annulé l’arrêté préfectoral autorisant la création de la Zone d’Aménagement Concerté (ZAC) du "Triangle de Gonesse". Le juge avait en effet estimé que l’étude d’impact présentée au printemps 2016 lors de l’enquête publique sur la création de la ZAC comportait "d’importantes lacunes, notamment en matière d’environnement et d’émissions de CO2".  

La Zone d'Aménagement Concertée (ZAC), dite du "Triangle de Gonesse", située sur les territoires de la commune de Gonesse (Val-d'Oise) et de Roissy-en-France (Seine-Saint-Denis), est un secteur de 750 hectares essentiellement composé de riches terres agricoles (parmi les dernières du département de Seine-Saint-Denis). Il est délimité par les autoroutes A1 et A3, la Francilienne, les aéroports de Roissy et du Bourget, et les zones logistiques et commerciales de Paris-Nord. Outre des champs d'orges d’hiver et de printemps, de blés d’hiver et de printemps, de maïs et de betterave, on trouve un petit espace boisé (le bois de Vaudherland), des bassins d’orage, quelques prairies et haies aux abords de bâtiments et d'espaces de loisirs (ball-trap, lieu-dit "Le Fort"), et une ancienne zone de vergers.

L'abandon officiel du projet le 7 novembre 2019 donne donc un coup d'arrêt (provisoire ?) au projet d'urbanisation partielle de ce secteur, permettent de préserver (pour le moment) le potentiel agronomique de ces terres limoneuses et de conserver une zone de passage et de nourrissage pour les oiseaux et les mammifères. Toutefois, les associations de défense du secteur restent prudentes, car la définition du "projet alternatif" souhaité par le chef de l’État n'est pas encore connue. Le Collectif pour le triangle de Gonesse défend un projet alternatif appelé "Carma", pour que les terres agricoles du triangle de Gonesse deviennent à terme le "réservoir alimentaire" du Grand Paris composé de cultures bio et de maraîchage.

Terres agricoles dans le Triangle de Gonesse

Terres agricoles dans le Triangle de Gonesse (Seine-Saint-Denis/Val-d'Oise), sur lesquelles devait être construit le vaste ensemble commercial Europacity.
Photo : Jacalacha / Association "Collectif pour le Triangle de Gonesse"

En 2012, le bureau d'études Écosystèmes Expertise avait été sélectionné pour effectuer un inventaire de la flore et de la faune, et leur étude avait été publiée en 2013 et mise à jour en 2016. Les auteurs avaient recensé 228 espèces végétales (21 espèces d’arbres, 15 arbustes et 191 plantes herbacées) : il s'agit en grande majorité de  végétaux communs en Île-de-France, mais quelques plantes plus rares ont été trouvées dans des espaces restreints (friches, bordures de champs, bassins d'orage), comme la Chlore perfoliée (Blackstonia perfoliata) et la Patience à crêtes (Rumex cristatus). Une espèce figure même sur la liste rouge régionale, l’Anémone fausse renoncule (Anemone ranunculoides), notée sur le lieu-dit "Le fort", un ancien remblais.

Par ailleurs, six espèces d’Odonates (libellules et agrions), huit d'orthoptères (criquets et sauterelles), dont la Decticelle cendrée (Pholidoptera griseoaptera) dans le vallon de Vaudherland, la Mante religieuse (Mantis religiosa) dans une friche près de la Patte d’Oie de Gonesse, et 16 espèces de papillons avaient été observées. Ce sont des communes et largement représentées en Île-de-France, mais qui seraient en partie détruites par l'urbanisation de la zone. Le Lézard des murailles (Podarcis muralis) a été observé sur des murets et dans la friche de la Patte d’Oie à Gonesse, et la Grenouille verte (Pelophylax esculentus) a été découverte dans les bassins du vallon de Vaudherland et le long de la RN 370. 

Le Chevreuil (Capreolus capreolus) n'est pas fréquent, mais il parcourt la zone et se nourrit dans les friches. Le Renard (Vulpes vulpes) est présent, tout comme le Lièvre (Lepus capensis), peu commun, et le Lapin de garenne (Oryctolagus cunniculus), localement abondant.

Trois espèces de chauves-souris ont été identifiées : la Pipistrelle commune (Pipistrellus pipistrellus), le Vespertilion de Daubenton (Myotis daubentoni) et la Sérotine commune (Eptesicus serotinus). Elles chassent le long des boisements, des haies et près des rares zones humides, et elles nichent dans les cavités des arbres du bois de Vaudherland.

Alouette des champs (Alauda arvensis)

L'Alouette des champs (Alauda arvensis) niche dans le Triangle de Gonesse (photo prise dans le Morbihan).
Photographie : Marc Le Moal

Des points d’écoute avaient été choisis en 2012 et en 2013 dans les milieux représentatifs (cultures, chemins, bosquets, bois, prairies, verger et bassins) pour recenser l'avifaune nicheuse, hivernante et migratrice (au printemps). 50 espèces ont été observées, dont 38 sont protégées en France. Parmi les 45 espèces probablement nicheuses recensées, citons la Perdrix grise (Perdix perdix) (bien présente), l'Alouette des champs (Alauda arvensis), la Bergeronnette printanière (Motacilla flava), le Pipit farlouse (Anthus pratensis), le Tarier pâtre (Saxicola torquata) et les Bruants proyer (Miliaria calandra) et jaune (Emberiza citrinella). Des oiseaux des milieux boisés se reproduisent aussi dans la zone, dont la Buse variable (Buteo buteo), l'Effraie des clochers (Tyto alba) (un couple), la Chouette hulotte (Strix aluco) (entendue), le Rougequeue à front blanc (Phoenicurus phoenicurus) et la Fauvette des jardins (Sylvia borin).  

En automne et en hiver, on observe dans les cultures des rassemblements parfois importants de Vanneaux huppés (Vanellus vanellus) (jusqu'à 300 oiseaux ensemble), de Pluviers dorés (Pluvialis apricaria) (bandes de 20 à 50 individus), de Mouettes rieuses (Chroicocephalus ridibundus), de Pigeons ramiers (Columba palumbus), de Pipits farlouses (Anthus pratensis), d'Alouettes des champs, d'Étourneaux sansonnets (Sturnus vulgaris), de Linottes mélodieuses (Linaria cannabina), de Chardonnerets élégants (Carduelis carduelis), de Moineaux domestiques (Passer domesticus), de Corbeaux freux (Corvus frugilegus) et de Corneilles noires (Corvus corone). Les oiseaux des milieux boisés proches (mésanges, pics, pinsons, verdiers, troglodytes...) se nourrissent volontiers en automne dans les champs.

Le secteur n’est pas situé sur une voie migratoire importante, mais à la fin de l'hiver et au printemps, des bandes d’oiseaux descendant vers le sud, aux effectifs sont difficiles à évaluer, peuvent faire une halte dans le Triangle de Gonesse. Dix espèces ont été observées durant l'étude de 2013, dont le Vanneau huppé, l'Alouette des champs, le Cochevis huppé (Galerida cristata), la Grive litorne (Turdus pilaris), le Pinson des arbres (Fringilla coelebs) et le Pigeon ramier.

En résumé, cette riche zone agricole, l'une des dernières de la proche banlieue parisienne, entourée de zones urbanisées ou en voie d'urbanisation, constitue une aire de gagnage pour plusieurs espèces migratrices et hivernantes. Les cultures céréalières sont visitées par des oiseaux devenus rares si près de Paris, comme le Vanneau huppé, le Pluvier doré, le Corbeau freux, et la Perdrix grise. Ces terres offrent des ressources alimentaires indispensables pour les espèces qui nichent dans les bois, les villes et les villages alentours. Rappelons que les espèces des plaines agricoles sont globalement en déclin en France, du fait de pratiques agricoles non durables et de l'urbanisation croissante. Seule grande zone non éclairée du secteur durant la nuit, elle constitue un "havre nocturne" pour les migrateurs (lire La pollution lumineuse et les oiseaux).

Une artificialisation des sols (terrassements, construction de bâtiments et de routes, mise en place du réseau d’évacuation des eaux pluviales, plantations, aménagements paysagers...) détruirait leur richesse agronomique et leur rôle d'absorption des pluies et de régulation climatique locale.

Rappelons qu'un projet de base nautique habitée va détruire 35 hectares de cultures (parmi les dernières de Seine-Saint-Denis) de l'ancienne ferme Montceleux à Sevran, et sans aucune contestation : un grand lac avec une cité lacustre de 750 logements, un complexe de sports aquatiques (surf, paddle...) un hôtel et des "serres habitées". Cette parcelle agricole était l'un des derniers sites d'hivernage du Corbeau freux si près de Paris, et il servait de zone de nourrissage aux passereaux et petits mammifères du secteur. 

L'étalement urbain en France constitue un vrai problème : 315 000 hectares ont été artificialisés entre 2006 et 2010, et 687 000 hectares depuis 2008.

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Sources

Vos commentaires sur :
"Abandon du projet Europacity : un succès pour les oiseaux des champs "

Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest