Publicité

Europe Nature Optik

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Brèves > L'observation des oiseaux rares accidentels peut être bénéfique pour l'économie

Brèves

Retour à la liste des brèves

L'observation des oiseaux rares accidentels peut être bénéfique pour l'économie

En cette période d'observation d'oiseaux rares venus de Sibérie ou d'Amérique, voici les résultats d'une étude intéressante.

| Non soumis au comité de lecture

Partager
Translate

L'observation des oiseaux rares accidentels peut être bénéfique pour l'économie

Le séjour entre janvier et avril 2017 en Pennsylvanie (États-Unis) d'un Oriole d'Abeillé (Icterus abeillei), un oiseau endémique du Mexique, aurait généré près de 223 000 dollars.
Source : vidéo de Franck Dickman

L’avitourisme, ou tourisme ornithologique, constitue l'une des branches les plus dynamiques de l’écotourisme. Pour déterminer son poids, les chercheurs prennent essentiellement en compte les grands événements (festivals, foires..) et les rassemblements saisonniers dans les principaux sites d'observation, mais un élément est généralement sous-estimé : l'apport économique des cocheurs ("twitchers" en anglais), des observateurs passionnés qui peuvent parcourir des centaines de kilomètres pour ajouter à leur liste personnelle une espèce rare et accidentelle qui leur manque encore. Ce phénomène est encore limité en France, mais il est déjà bien développé dans les pays anglo-saxons (lire Découverte d'un Faucon de l'Amour en Grande-Bretagne le 6 juillet 2017). Par exemple, en  janvier 2016, des centaines de personnes s'étaient rassemblées dans un jardin de Hoogwoud (Pays-Bas) pour admirer une Calliope sibérienne (Calliope calliope) (lire Des ornithologues font la queue pour observer une Calliope sibérienne dans un jardin des Pays-Bas).  

Dans un article publié en 2018 dans la revue Human Dimensions of Wildlife, des biologistes et universitaires américains ont tenté d'évaluer les revenus générés par ces attroupements imprévisibles et transitoires. Pour cela, ils ont utilisé la méthode des coûts de transport, qui est basée sur l’étude des comportements effectifs des individus fréquentant un site donné et qui permet d'évaluer les bénéfices associés aux loisirs pratiqués dans ce lieu (chasse, pêche, baignade, promenade…). Cette méthode s’appuie sur l’hypothèse selon laquelle le temps et les coûts associés aux trajets constituent le prix implicite de la fréquentation d'un site. L’estimation de la demande se fait à partir des données rassemblées dans des zones concentriques autour de l'endroit étudié (approche zonale), ou à une échelle plus large (approche individuelle).

En se basant sur cette méthode, les auteurs ont estimé que le séjour dans le comté de Berks en Pennsylvanie (États-Unis) entre janvier et avril 2017 (durant 67 jours) d'un Oriole d'Abeillé (Icterus abeillei), une espèce endémique du Mexique qui n'avait été observée qu'une fois dans le pays, qui avait attiré plus de 1 800 observateurs américains et canadiens, avait généré un chiffre d'affaires de 223 000 dollars (soit 3 000 dollars par jour) dans l'économie locale et nationale (dans les secteurs du voyage, de la restauration et de l'hôtellerie). Certains ornithologues amateurs passionnés sont prêts à dépenser beaucoup de temps et d'argent pour observer les oiseaux rares, et il serait intéressant de prendre en compte ce public dans l'aménagement des zones connues pour accueillir régulièrement des espèces accidentelles, comme l'île d'Ouessant dans le Finistère (lire Jean-Philippe Siblet et les oiseaux d'Ouessant).

Cette étude montre encore une fois que la protection de la biodiversité, outre son importance dans le bon fonctionnement des écosystèmes, avait des effets positifs sur l'activité. Selon l'United States Fish and Wildlife Service, près de 40 milliards de dollars seraient dépensés chaque année dans l'observation des oiseaux. 



Vidéo tournée par des observateurs venus "cocher" l'Oriole d'Abeillé (Icterus abeillei) qui a séjourné dans le comté de Berks en Pennsylvanie (États-Unis) entre janvier et avril 2017.
Source : LongRunPictures

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Sources

Vos commentaires sur :
"L'observation des oiseaux rares accidentels peut être bénéfique pour l'économie"

Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest