Publicité

Europe Nature Optik

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Brèves > Martinets noirs : effleurages et poursuites stridentes

Brèves

Retour à la liste des brèves

Martinets noirs : effleurages et poursuites stridentes

L'effleurage (ou "banging") et les poursuites stridentes, si typiques du début de l'été, sont deux comportements particulièrement intéressants et encore mal connus de ces oiseaux étonnants.

| Non soumis au comité de lecture

Partager
Translate

Martinets noirs : effleurages et poursuites stridentes

Poursuite stridente de Martinets noirs (Apus apus) au-dessus d'Holstebro (Danemark) le 27/07/2011.
Source : Johnskovhus

Le Martinet noir (Apus apus) est un oiseau migrateur bien connu des villes et villages d'Europe qui se distingue des hirondelles par ses ailes en forme de faucille, son corps plus effilé, sa queue courte et sa coloration globalement noirâtre à l'exception de sa gorge blanchâtre. Il est original à plus d'un titre : il peut atteindre 200 km/h sur de courtes distances et donc peu de rapaces sont assez habiles pour réussir les attraper (lire Un Faucon hobereau capturant un Martinet noir). Il est capable de viser précisément l'entrée de son son nid malgré une vitesse d'approche à peine diminuée. Il passe une grande partie de sa vie en vol, et d'ailleurs ses pattes sont tellement réduites qu'il ne se perche pas mais grimpe le long des murs ou des falaises. Il s'accouple et dort en vol. Il chasse les insectes en gardant le bec grand ouvert, un peu comme des baleines dans l'océan, et ils stockent les insectes dans leur gorge pour nourrir ses petits. Quand le temps est mauvais et que les proies sont donc rares, les jeunes peuvent entrer dans une sorte de léthargie. Lorsque le froid est persistant, les martinets passent la nuit serrés les uns contre les autres, formant parfois des "grappes" le long des murs ou des parois rocheuses (lire Une véritable grappe de martinets !).

Un comportement des martinets est remarquable et peu connu : l'effleurage ou "banging". Les oiseaux touchent l'entrée d'un nid avec les ailes ou le corps sans se poser. Cela peut concerner des individus non nicheurs recherchant une cavité non occupée ou des oiseaux ayant perdu leur site de nidification, à cause par exemple d'une rénovation de façade. Ces martinets vérifient rapidement si les lieux sont occupés ou libres. Dans le premier cas, les occupants réagissent immédiatement et se postent sur le bord du nid en criant. Si le site est libre, le visiteur s'accroche puis rentre sa tête. Ces vérifications ne se font que si les conditions météorologiques sont favorables (absence de vent). L'effleurage aurait aussi une fonction territoriale. Enfin, selon un article publié en 2017 dans la revue Ornis Fennica, il jouerait également un rôle de protection collective contre des prédateurs comme le Faucon crécerelle (Falco tinnunculus) : les auteurs de l'étude ont en effet constaté une corrélation négative entre le pourcentage d'attaques réussies et le nombre de martinets pratiquant l'effleurage.

À partir de la mi-mai, mais surtout en juin et en juillet, des groupes des Martinets noirs se poursuivent très rapidement en vol, se faufilant entre les bâtiments ou le long des falaises, en poussant des cris stridents qui forment un son continu, ondulant et haut-perché. Ces manœuvres complexes, auxquelles participent tous les membres de la colonie, y compris les nicheurs, les non-nicheurs âgés de deux ou trois ans et les jeunes qui viennent de quitter leur nid, mais aussi des individus venus d'ailleurs, constitueraient un important jeu d’intégration sociale. Elles serviraient également à marquer les limites de la colonie. Elles ont lieu jusqu'à la tombée de la nuit, puis les oiseaux (à l'exception des adultes qui dormiraient dans leur nid ou à proximité)  s'élèvent très haut dans le ciel, jusqu'à 2 500 mètres d'altitude, et y passent la nuit. Ils se maintiennent en vol en alternant les battements d'ailes et les glissés tout en suivant une trajectoire circulaire ou les courants aériens. Les phases d'ascension du crépuscule, mais aussi à l'aube, serviraient d'autre part à collecter des informations sur les conditions atmosphériques à venir, à calibrer le compas magnétique interne des oiseaux (lire Le rôle du géomagnétisme dans l'orientation des oiseaux), mais aussi à prendre des repères astraux (lire Savoir s’orienter avec les étoiles : les rougegorges ont besoin de plus de sept nuits) et géographiques lointains (lire L'orientation chez les oiseaux).



Martinets noirs (Apus apus) pratiquant l'effleurage ou "banging"en Grande-Bretagne le 30/06/2008.
Vidéo : Mark Smyth

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Sources

Vos commentaires sur :
"Martinets noirs : effleurages et poursuites stridentes"

Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest