Publicité

Europe Nature Optik

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Brèves > L'expansion des Bergeronnettes d'Italie et des Balkans

Brèves

Retour à la liste des brèves

L'expansion des Bergeronnettes d'Italie et des Balkans

Alors que le passage prénuptial de la Bergeronnette printanière va débuter à partir de la mi-mars, nous évoquons la progression de deux de ses sous-espèces en Europe.

| Non soumis au comité de lecture

Partager
Translate

L'expansion des Bergeronnettes d'Italie et des Balkans

Bergeronnette des Balkans (Motacilla flava feldegg) mâle, île de Lesbos (Grèce), le 12/04/2015.
Photographie : Franck Vassens / Wikimedia

La Bergeronnette printanière (Motacilla flava) est un passereau migrateur élancé à la longue queue et aux pattes assez hautes. Le mâle est jaune sur les parties inférieures, vert lavé de brunâtre sur les parties supérieures, avec deux barres alaires blanches ou jaune pâle. Le dessin de sa tête est variable selon la sous-espèce. La femelle est plus pâle, jaune pâle à crème dessous, avec un dessin de la tête moins net. Le jeune ressemble à la femelle mais avec des couleurs plus pâles.

Six sous-espèces nicheuses ont été identifiées en Europe : la sous-espèce nominale M. f. flava (de l'ouest de la France à l'ouest de la Russie et à l'Ukraine), la Bergeronnette flavéole (M. f. flavissima) (îles Britanniques et côtes nord-ouest de l’Europe continentale), ibérique (M. f. iberiae) (sud-ouest de la France, Espagne et nord-ouest de l’Afrique), d'Italie (M. f. cinereocapilla) (Italie, nord de l'Adriatique, massif alpin), des Balkans (M. f. feldegg) (Europe orientale) et scandinave (M. f. thunbergi) (Europe du Nord). Les mâles se distinguent les uns des autres par le dessin de leur tête (couleurs des sourcils, de la calotte et de la gorge), mais il existe des oiseaux intermédiaires (lire Identifier les mâles en plumage nuptial des sous-espèces de la Bergeronnette printanière). Ces oiseaux hivernent en Afrique subsaharienne.

La Bergeronnette des Balkans ne niche pas en France, mais des oiseaux peuvent être observés en petit nombre en migration, surtout en avril-mai dans le sud-est du pays. Le mâle se reconnaît à sa calotte noire et à sa gorge jaune. Dans un article paru en 2016 dans la Rivista Italiana di Ornitologia, on apprend que son aire de reproduction a significativement augmenté entre 1830 et 2015, avec une accélération au cours de la seconde moitié du 20ème siècle. Au 19ème siècle, elle n'était signalée qu'en Grèce, en Turquie, en Ukraine, en Iran et en Asie centrale. Elle niche désormais dans la plupart des pays des Balkans, atteignant au nord la Slovénie (lire Séjour ornithologique en Slovénie et en Croatie du 2 au 9 mai 2015) et la Roumanie. Plusieurs cas de nidification ont été signalés après 2000 en Italie (péninsule de Gargano dans les Pouilles, Sicile, Vénétie), en Autriche (Haute-Autriche, Tyrol, Carinthie) et en Allemagne (delta du Rhin). Le 12 juin 2007, un mâle appareillé à une femelle de Bergeronnette d'Italie a été vu nourrissant des jeunes dans les marais salants de Hyères (Var). D'autres cas de couples mixtes entre les Bergeronnettes des Balkans et d'Italie ont été signalés en Sicile (région de Syracuse et estuaire du fleuve Simeto). Entre 1952 et 1984, la limite nord de son aire de nidification européenne a progressé de 555 km ! Une nouvelle voie de migration entre l'Europe et l'Afrique via le détroit de Gibraltar serait aussi en cours de formation, et le nombre de données d'oiseaux de passage dans les pays nordiques augmente.

Au Moyen-Orient, la Bergeronnette des Balkans a atteint la Syrie, le Liban, Israël et la péninsule arabique, profitant notamment de la création de nouvelles zones cultivées grâce à l'irrigation. Cette mise en culture de zones autrefois désertiques explique aussi son installation dans la région de la mer d'Aral. En Russie et en Ukraine par contre, l'abandon de vastes zones agricoles après la chute de l'URSS aurait été favorable à ce passereau. L'absence d'eau à proximité du site de nidification constitue un facteur limitant, tout comme des températures trop froides : le réchauffement climatique aurait ainsi permis son installation dans des régions septentrionales, la ligne isotherme des 20 degrés en juillet semblant constituer une limite pour l'espèce. D'autres espèces d'Europe orientale ont suivi le même schéma de progression dans les Balkans, comme l'Hypolaïs pâle (Hippolais pallida) qui a atteint la frontière entre la Hongrie et la Slovaquie.

Bergeronnette d'Italie (Motacilla flava cinereocapilla)

Bergeronnette d'Italie (Motacilla flava cinereocapilla) mâle, Dolenje Jezero (Slovénie), le 06/05/2015.
Photographie : Samuel Desbrosses

Dans un autre article paru en 2015 dans la Rivista Italiana di Ornitologia, on lit qu'une autre sous-espèce de la Bergeronnette printanière, la Bergeronnette d'Italie, dont le mâle se reconnaît à sa calotte grise, ses joues noires et sa gorge blanche, est aussi en expansion. Jusqu'en 1880, elle ne nichait que le long de la côte nord de la mer Adriatique (Italie, Slovénie, Croatie) et localement en Toscane, en Sicile et en Provence, mais à la fin du 19ème siècle, elle s'est installée dans la plaine du Pô. La progression de l'élevage, et donc des prairies pâturées, dans le nord de l'Italie a ensuite favorisé son expansion. Au cours de la seconde moitié du 20ème siècle, elle est devenue nicheuse dans de nouveaux secteurs dans le centre et le sud de l'Italie et dans le sud de la France. Le nombre d'oiseaux observés en migration au nord des Alpes a fortement augmenté, et elle a commencé a nicher plusieurs vallées du sud-est de la France, de Suisse, d'Allemagne et d'Autriche. Au cours des vingt dernières années, sa nidification a été notée en Espagne, et elle pourrait aussi se reproduire en Afrique du Nord.

Tout comme pour la Bergeronnette des Balkans, la présence de l'eau près du nid constitue un élément important pour la Bergeronnette d'Italie. La hausse moyenne des températures constatée dans le massif alpin aurait permis sa nidification jusqu'à 1 800 mètres d'altitude dans l'Engadine en Suisse et jusqu'à 1 000 mètres dans les Apennins en Italie.

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Ouvrages recommandés

Sources

  • Flavio Ferlini (2016). Evolution of the breeding range of the Black-headed Yellow Wagtail (Motacilla flava feldegg). Rivista Italiana di Ornitologia - Research in Ornithology. Volume : 86. Numéro : 1. Pages : 3-38. www.ornitologiasiciliana.it/pdf/feldegg.pdf
  • Flavio Ferlini (2015). Evolution of the breeding range of the “italian” Wagtail (Motacilla flava cinereocapilla). Rivista Italiana di Ornitologia - Research in Ornithology. Volume : 85. Numéro : 2. Pages : 3-38. http://sisn.pagepress.org/index.php/rio/article/view/212/

Vos commentaires sur :
"L'expansion des Bergeronnettes d'Italie et des Balkans"

Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest