Publicité

Europe Nature Optik

 (En savoir plus ?)

S'inscrire
Mot de passe oublié ?

Accueil > Brèves > Certaines fourmis invasives constituent-elles une menace pour les oiseaux nicheurs ?

Brèves

Retour à la liste des brèves

Certaines fourmis invasives constituent-elles une menace pour les oiseaux nicheurs ?

Des études ont été menées sur des fourmis envahissantes pour évaluer leur impact durant la période de nidification.

| Non soumis au comité de lecture

Partager
Translate

Certaines fourmis invasives constituent-elles une menace pour les oiseaux nicheurs ?

Oisillon nouvellement éclos attaqué par des Fourmis de feu (Solenopsis invicta).
Source : eXFireAnts

La Fourmi d'Argentine (Linepithema humile) est originaire d'Amérique du Sud, mais elle a été accidentellement introduite dans de nombreuses régions du monde via notamment le commerce des plantes décoratives. Elle forme de grandes colonies qui peuvent facilement se diviser et donc coloniser de nouvelles zones. Elle est très agressive envers les autres espèces de fourmis, provoque des dégâts sur la flore (bourgeons) et n'hésite pas à envahir les habitations humaines à la recherche de sucre.

Dans le sud de la Californie, les Colibris d'Anna (Calypte anna), à gorge noire (Archilochus alexandri), d'Allen (Selasphorus sasin) et de Costa (Calypte costae), visitent volontiers les plantes à fleurs ornementales et les distributeurs d'eau sucrée (lire Attirer et nourrir les colibris et les souimangas dans les jardins) dans les parcs et les jardins des zones urbaines, et ils peuvent entrer en contact avec les Fourmis d'Argentine. Grâce à plusieurs expériences, on a constaté que ces oiseaux réussissaient à éviter les fleurs et les distributeurs de nectar visités par les fourmis, qu'ils repérer grâce à des indices visuels, tactiles et gustatifs. Ces insectes peuvent donc limiter l'accès des colibris à des ressources alimentaires dans certains secteurs.

Or la disponibilité de la nourriture pendant la saison de reproduction joue un rôle critique dans le succès reproducteur des oiseaux. La Fourmi d'Argentine peut modifier la structure et l'importance des populations autochtones d'arthropodes, et sa présence pourrait diminuer le nombre de proies disponibles dans les arbres et les buissons pour les passereaux insectivores. Des biologistes ont étudié pendant trois ans le nombre d'arthropodes dans les feuillages de Chênes lièges (Quercus suber) et de Bruyères arborescentes (Erica arborea) dans des zones envahies ou non par Linepithema humile dans le nord-est de la péninsule ibérique, et ils ont constaté que ces fourmis réduisaient la diversité et le nombre d'insectes, y compris les autres espèces de fourmis. En particulier, le nombre de chenilles, indispensable à l'alimentation de beaucoup d'oisillons, avait fortement diminué.

L'ampleur de la prédation de la Fourmi d'Argentine sur les nichées d'oiseaux est difficile à évaluer : dans un article publié en 2005 dans la revue Insectes sociaux, deux biologistes américains ont présenté les résultats de leur suivi de 400 nids de Juncos ardoisés (Junco hyemalis) dans un secteur envahi. Ils ont constaté que moins de 2 % des nichées avaient échoué à cause des insectes. En outre, après avoir compilé la littérature disponible sur le sujet, ils ont estimé qu'ils ne posaient pas plus de problèmes que d'autres prédateurs ou que certains parasites.

Fourmi d'Argentine (Linepithema humile)

Fourmi d'Argentine (Linepithema humile).
Photographie : Panarc / Wikimedia Commons

Sur l'île portugaise de Madère (lire Observer les oiseaux sur l'île de Madère), où la Fourmis d'Argentine a été introduite involontairement, on a noté des cas de prédation sur des oisillons d'oiseaux marins sur les îles Desertas. Des biologistes ont surveillé entre 2014 et 2016 les nids de Pétrels de Bulwer (Bulweria bulwerii) sur l'île de Deserta Grande, et ils n'ont observé que deux cas de prédation sur des poussins sur 294 nids étudiés. En outre, aucune corrélation n'a été trouvée entre l'abondance locale des fourmis d'Argentine et le succès de la reproduction des Pétrels de Bulwer.

Sur l'île chilienne de Rapa Nui, plus connue sous le nom d'île de Pâques, des biologistes ont utilisé des œufs de poule pour estimer le potentiel destructeur des Fourmis d'Argentine sur les nids de Phaétons à brins rouges (Phaethon rubricauda). Les œufs ont été cassés pour simuler leur pillage, et des œufs témoins ont été laissés intacts. Tous ont ont été surveillés pendant 90 minutes. Les ornithologues ont constaté que la rapidité d'arrivée des fourmis ne différait pas entre les œufs brisés et témoins. Ils ont noté que les œufs intacts n'avaient pas été visités par plus de deux fourmis, tandis que ceux cassés avaient parfois attiré plus de 450 individus en peu de temps. Les probabilités qu'un œuf brisé attire des fourmis après 5 et après 60 minutes étaient respectivement de 75 et de 99 %. Les Fourmis d'Argentine ne constituent donc pas a priori une menace sérieuse sur les colonies d'oiseaux marins, mais une surveillance serait tout de même nécessaire dans les zones infestées.

D'autres espèces de fourmis invasives et plus agressives peuvent par contre localement poser un problème pour les oiseaux. C'est le cas de la Fourmi de feu (Solenopsis invicta), originaire également d'Amérique du Sud et importée involontairement en Alabama (États-Unis) dans les années 1930, d'où elle s'est ensuite répandue dans tout le sud du pays. Dans une zone côtière de 202 hectares du Texas, on a constaté qu'elle avait divisé par cinq le nombre de Colins de Virginie (Colinus virginianus). Dans la ville texane de Commerce, 25 % des nids d'une colonie d'Hirondelles rustiques (Hirundo rustica) avaient été détruits.

Les Fourmis folles jaunes (Anoplolepis gracilipes), originaires d'Afrique et d'Asie et devenues invasives en Australie, à Tahiti et sur l'île Christmas, peuvent constituer une menace pour la biodiversité autochtone. Quelques cas de d'abandons d'oiseaux marins nicheurs après l'arrivée de ces fourmis ont été décrits. Dans un article publié en 2018, des ornithologues ont décrit les effets d'une invasion de Fourmis folles jaunes dans une portion d'une colonie de Puffins fouquets (Ardenna pacifica) installée à l'est de l'île d'O'ahu. Le nombre de terriers actifs dans la zone touchée est passé de 125 en 2006 à six en 2010, sans que le nombre de ceux encore occupés dans les zones adjacentes non envahies ne diminue. La lutte menée en 2011 a réduit la densité des fourmis de plus de 97 % et ont permis une augmentation substantielle du nombre de  nids occupés, qui est remonté à 43 en 2011. Dans la partie envahie, certains terriers avaient été abandonnés par les adultes avant la ponte, et les poussins encore présents présentaient des anomalies de développement plus ou moins sévères, et avaient en moyenne des tarses et des ailes plus courts, des yeux plus petits et un poids plus faible. Les Fourmis folles jaunes peuvent donc constituer un risque, probablement sous-estimé, pour les oiseaux de mer nichant au sol. Or cet insecte est en expansion dans la région Pacifique.  

Pourtant les relations entre certaines espèces de fourmis et les oiseaux peuvent être pacifiques voire positives : des cas de partage de nichoirs et de trous d’arbres entre des hyménoptères et des mésanges ont été observés dans le sud de la France et en Pologne (lire Des exemples de "colocations" entre des mésanges et des fourmis), et dans les forêts tropicales, beaucoup de passereaux suivent les colonnes de fourmis légionnaires pour s'emparer des petits animaux s'enfuyant sur leur passage (lire Ces oiseaux qui suivent les fourmis légionnaires pour se nourrir). Pour se débarrasser de parasites, des oiseaux peuvent prendre des "bains de fourmis" (lire Pourquoi les oiseaux prennent-ils des bains de soleil ?).


'
Vidéo de Fourmis folles jaunes (Anoplolepis gracilipes) attaquant des oiseaux marins sur l'archipel d'Hawaï.
Source : GeoBeats News

À lire aussi sur Ornithomedia.com

Dans les forums d'Ornithomedia.com

"Bain de fourmis"

Sources

Vos commentaires sur :
"Certaines fourmis invasives constituent-elles une menace pour les oiseaux nicheurs ?"

Les Archives d'Ornithomedia.com

Pour 6 € pour 6 mois ou 10 € pour un an, consultez tous les articles parus
sur Ornithomedia.com depuis plus d'un an. Abonnez-vous !

Actualités : Brèves | Agenda | Spécial

Magazine : Études | Interviews | Analyses | Observer en France | Voyages |

Pratique : Débuter | Conseils | Équipement | Identification |

Communauté : Observations | Galerie | Forums | Blog

Achat & Vente : Boutique | Annonces

Découvrez chaque jour sur Ornithomedia.com, les dernières infos sur les oiseaux en France, en Europe et dans le monde : des conseils (reconnaître les oiseaux du jardin, fabriquer un nichoir, nourrir un oisillon) et des carnets de voyage ornithologiques dans les parcs et réserves naturelles, des observations et des photos d'oiseaux. Notre boutique propose également des jumelles, des longues-vues, des trépieds et des guides ornithos.



L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page facebook   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre compte Twitter   L'actualité sur l'observation des oiseaux sur notre page Google+   L'actualité ornithologique épinglée sur notre page Pinterest